Egypte : Morsi attaque en justice le pouvoir et réclame « l’annulation du coup d’Etat »

L’ex-Président Mohamed Morsi, destitué et arrêté par l’armée le 3 juillet, va poursuivre les nouvelles autorités, réclamant également l’annulation du « coup d’Etat ».

Même s’il est toujours maintenu en détention, Mohamed Morsi n’a pas dit son dernier mot. L’ancien président égyptien, renversé et arrêté le 3 juillet par l’armée, a annoncé son intention de poursuivre en justice les nouvelles autorités du pays, réclamant tout bonnement l’annulation du coup d’Etat, selon son avocat Mohamed al-Damati. « Le Président envisage d’engager une procédure judiciaire contre le coup d’Etat et cela sera la tâche de l’équipe de ses défenseurs dans un avenir proche », a précisé à la presse Mohamed al-Damati, qui dirigeait un groupe d’avocats ayant rendu visite à Mohamed Morsi en prison, lundi.

Selon l’avocat du Président déchu, « des plaintes seront déposées devant le procureur général pour démontrer que ce qui s’est passé est un crime ». Des recours seront également déposés devant la justice administrative pour faire « annuler l’action conduite par le général Abdel Fattah al-Sissi », a-t-il précisé. L’ancien dirigeant élu démocratiquement en Egypte est emprisonné et jugé notamment pour « incitation au meurtre » de manifestants opposés à son gouvernement en 2012 avec 14 autres responsables Frères musulmans.

De leur côté, ses partisans n’abdiquent pas et continuent régulièrement de manifester dans le pays pour réclamer son retour au pouvoir et contester le « coup d’Etat ». La sanglante répression contre les manifestants pro-Morsi a provoqué l’essoufflement de leur mouvement, mais ne l’a pas fait disparaître. Loin de là. Certains ont assuré qu’ils se battront jusqu’au bout pour soutenir le Président déchu, malgré les menaces des autorités.