Egypte : Mohamed Morsi et le défi des 100 jours

Sécurité, carburant, pain, propreté et circulation : cinq dossiers épineux que le président égyptien Mohamed Morsi s’était engagé à résoudre durant les 100 premiers jours de son mandat. A l’approche des 100 jours, qu’en est-il réellement ? Analyse.

Voilà presque 100 jours que Mohamed Morsi, du parti islamiste Liberté et Justice, est au pouvoir en Egypte. Pendant la campagne électorale, celui-ci avait présenté un plan de 64 mesures relatives à cinq grands points de mécontentement qu’il s’était engagé à mettre en œuvre sur une période de 100 jours.

Sur les dix-sept promesses dans le secteur de la sécurité, seule une, d’après Al-Ahram, a pour le moment été mise en œuvre : la promotion et l’octroi de primes et récompenses aux policiers qui modifient la manière d’assurer la sécurité dans leurs zones de travail.

Deux des cinq promesses relatives au carburant faites par le candidat Morsi ont été tenues : la livraison des bonbonnes de butane à domicile en coordination avec les ONG et l’application de sanctions sévères contre les trafiquants d’essence et leurs complices.

A propos du pain, dix mesures avaient été annoncées, une seule a été réalisée : augmenter la qualité du pain. Une mesure qui, cela dit, reste à vérifier.

La propreté est aussi un point important à régler en Egypte. Nombreux sont les coins de rues où les ordures sont entassées. Il n’existe pas encore de système efficace pour la collecte des ordures ménagères. Là aussi, une seule mesure sur les sept prévues a été mise en œuvre.

Quant au dossier lié à la circulation, les efforts d’amélioration progressent mais le secteur a besoin de plusieurs années et non de 100 jours pour atteindre une idéale fluidité sur les routes. D’après le moteur de supervision des 100 jours, Morsimeter.com, sur les dix-huit promesses, une seule a pour l’heure été honorée dans ce domaine : l’occupation illégale de la voie publique.

Morsi jugé sur Internet

Le site Internet Morsimeter.com reprend l’ensemble des mesures énoncées par le président Morsi lors de la campagne électorale et fait un récapitulatif, par secteur, de celles qui ont été exécutées. L’application indique le nombre de jours restants avant la date butoir. Selon un sondage réalisé par Morsi Meter, 42% des sondés se disent satisfaits de la politique des 100 jours de Mohamed Morsi contre 58%. La page, disponible en anglais et en arabe, a rassemblé pas moins de 600 commentaires postés par des internautes. D’après une étude réalisée par Al-Ahram, 37,2% des Egyptiens ne connaissent pas le programme du président pour ses 100 premiers jours et 46,2% estiment qu’il n’en réalisera qu’une partie.

La rue se montre mitigée face aux défis que s’est lancés Morsi. Certains se demandent comment des problèmes vieux de trente ans peuvent être résolus en seulement 100 jours. Toutefois, le président égyptien a été salué pour avoir renvoyé dans les casernes les militaires qui gouvernaient le pays depuis le départ de Hosni Moubarak. La mise en retraite du maréchal Hussein Tantaoui a marqué la mise au pas de la puissante institution militaire.

Site Internet : Morsimeter (version anglaise)