Egypte : Mahmoud Ezzat devient chef des Frères musulmans

La confrérie des Frères musulmans a déjà nommé un dirigeant après l’arrestation, cette nuit du guide suprême Mohamed Badie. C’est désormais Mahmoud Ezzat qui reprend temporairement les rênes du mouvement.

Mahmoud Ezzat est le nouveau « guide » des Frères musulmans en Egypte. Cette nomination temporaire fait suite à l’arrestation dans la nuit du lundi à mardi du guide suprême Mohamed Badie. Le « Frère » Ezzat est l’un des adjoints de Badie au sein de l’exécutif de la confrérie. « Il assumera les fonctions de guide suprême sur une base temporaire après que les forces du coup d’État sanglant ont arrêté » Mohamed Badie, écrit le parti sur son site Internet.

Depuis la destitution du Président Morsi par l’armée le 3 juillet dernier, le pays est divisé en deux. Les observateurs craignent une guerre civile, car l’on dénombre déjà plus de 900 morts, essentiellement parmi les partisans de Morsi et des Frères musulmans. L’armée égyptienne, qui n’a pas pour habitude de tuer les civils, affirme vouloir mettre un terme aux fauteurs de troubles armés qui se trouvent parmi les manifestants. Car en effet, plusieurs incidents graves ont été perpétrés par des partisans des Frères musulmans, des « terroristes » selon l’armée égyptienne. De leur côté, les Frères musulmans accusent l’armée de réprimer des manifestants « pacifistes ». Ils se trouvent pourtant parmi eux des individus armés.

Plusieurs centaines de personnes, dont des cadres des Frères musulmans ont été arrêtés. M. Ezzat, 69 ans, a déjà été emprisonné plusieurs fois aux côtés de M. Badie dans les années 60 et 70. En attendant sa probable arrestation, celui que l’on surnomme « l’homme de fer », en raison de sa manière abrupte de diriger la confrérie aux côtés de Mohamed Badie, devra assurer les fonctions d’une confrérie dont le « pacifisme » est aujourd’hui remis en question. Depuis le début de la répression, les médias occidentaux pointent du doigt l’armée qui, selon eux, « tue » des manifestants. La télévision égyptienne montre quant à elle des militaires qui contrent des individus cagoulés et bien armés. Jusqu’où ira cette sanglante confusion qui a déjà fait plus de 900 morts dont de nombreux civils ?