Egypte : libéré de prison, Moubarak n’est pas encore tiré d’affaire

Libéré de prison jeudi, l’ex-Président égyptien, Hosni Moubarak, ne peut pas pour autant dormir sur ses deux oreilles. Il doit encore être jugé pour le meurtre des 800 manifestants tués lors du soulèvement contre son régime. Son procès est prévu ce dimanche.

Hosni Moubarak ne peut pas encore savourer sa liberté. Il n’est certes plus sous les verrous, après avoir été libéré jeudi et transféré par hélicoptère vers l’hôpital militaire, mais doit encore rendre des comptes. L’ex-Président égyptien, assigné à résidence, attend en effet d’être jugé pour le meurtre des 800 manifestants tués lors du soulèvement du peuple contre son régime, en février 2011 . Son procès devrait reprendre dimanche au Caire, au même moment que celui des dirigeants Frères musulmans interpellés dernièrement par les autorités de transition. Parmi ces derniers, Mohamed Badie et ses deux adjoints Khairat al-Chater et Rachad Bayoumi, qui comparaîtront pour « incitation au meurtre » lors des manifestations des partisans de Mohamed Morsi, renversé le 3 juillet par l’armée.

Manifestation pour soutenir Moubarak

Hosni Moubarak, âgé maintenant de 85 ans, qui a fait 30 ans au pouvoir sans partage, est apparu très affaibli à sa sortie de prison avant qu’il ne soit transporté par hélicoptère vers l’hôpital militaire de Maadi, au Caire. Même s’il est honni par une grande partie des Egyptiens qui n’a pas digéré ses 30 ans de règne sans partage, il compte encore des adeptes. A sa sortie de prison , un comité de soutien est venu l’accueillir, se réjouissant de sa libération, brandissant sa photo.

Les Etats-Unis n’ont pas réagi à la libération de l’ex-rais. Washington s’est seulement contenté de dire que son cas relevait des affaires internes du pays. Façon pour le département d’Etat de montrer qu’il a beaucoup mieux à faire avec le cas de Mohamed Morsi, loin d’être résolu. Pour l’heure, Moubarak qui est libéré ce jeudi, doit sans doute méditer sur son procès de dimanche.