Egypte : les pro-Morsi appellent à un «vendredi de la colère»

Les Frères musulmans proches du Président déchu, Mohamed Morsi, ne comptent à aucun moment s’avouer vaincus. En ce sens qu’ils ont appelé à des manifestations ce vendredi, au Caire. Cet appel rentre dans le cadre d’un «vendredi de la colère», après la répression sanglante qui a fait 578 morts.

Les Frères musulmans n’ont pas toléré le fait que la police ait encerclé la mosquée et tiré des gaz lacrymogènes sur les personnes qui étaient devant la mosquée. D’après des témoignages, il y avait dans cette mosquée les corps de plus de 200 victimes de la répression de la veille au Caire.

Malgré tout, les forces de police ont pénétré dans cette mosquée et poursuivi leurs tirs de gaz lacrymogènes, obligeant les gens à vider la mosquée en y abandonnant les morts. C’est cet acte qui va justifier une manifestation du mécontentement à travers ce que les Frères musulmans appellent « vendredi de la colère ». Ils comptent non seulement manifester contre le nombre important de morts dans la seule journée du mercredi, à l’issue de laquelle un bilan provisoire fait état de 578 personnes tuées. Mais aussi dénoncer cette irruption des forces de police dans la mosquée. En effet, des islamistes ont affirmé que des policiers égyptiens avaient pénétré jeudi, après avoir tiré des gaz lacrymogènes, dans une mosquée du Caire dans laquelle se trouvaient les corps de dizaines de manifestants islamistes.

Avec cet appel à manifester lancé, l’on craint q’un nouveau bain de sang n’ait lieu en Egypte, d’autant plus que l’armée a reçu des consignes fermes de tirer à balles réelles sur les citoyens qui détruiraient les édifices publics ou qui s’attaqueraient aux forces de sécurité. Ce qui prédit un vendredi de tous les dangers face à deux camps déterminés : d’une part les pro-Morsi et d’autre part l’Etat intérimaire piloté par Adly Mansour.