Egypte : l’offensive de l’armée contre les islamistes fait un mort

L’armée s’en prend aux activistes islamistes. En effet, ce jeudi, ces derniers ont subi les assauts de l’armée dans le village de Kerdassa près du Caire. Le trafic du métro du Caire a été interrompu une heure environ, après que les forces de sécurité eurent assuré avoir découvert deux bombes artisanales sur les rails, dans le sud de la capitale.

La campagne de l’armée visant les partisans du Président déchu, Mohamed Morsi, s’intensifie. Et pour cause, dans la région du Caire, deux événements se sont produits ce jeudi. L’armée a attaqué des islamistes dans le village de Kerdassa, près du Caire et les forces de sécurité ont trouvé deux bombes artisanales sur les rails, dans le sud de la capitale. Ce qui a eu pour conséquence d’interrompre le métro du Caire.

Assaut de l’armée au village de Kerdassa

A l’aube ce jeudi, le village de Kerdassa a été la cible d’attaques de l’armée à l’encontre d’activistes islamistes. Le village de Kerdassa n’a pas été choisi au hasard par l’armée. En effet, le 14 août dernier, plus d’une dizaine de policiers avaient été tués dans un commissariat. L’objectif de l’intervention de ce jeudi était d’arrêter « 140 personnes recherchées » et de retrouver les auteurs de ce « massacre », a indiqué un responsable de la sécurité. Il a rapporté des échanges de tirs « nourris entre les forces de sécurité et les terroristes » qui se sont soldés par la mort du général Nabil Farrah, chef adjoint de la police de la province de Guizeh, dont dépend Kerdassa. Trois heures après le début de l’assaut, l’opération se poursuivait, selon un porte-parole du ministère de l’Intérieur. Jeudi matin également, le trafic du métro du Caire a été interrompu une heure environ après que les forces de sécurité eurent assuré avoir découvert deux bombes artisanales sur les rails, dans le sud de la capitale. Des experts ont aussitôt été déployés afin d’inspecter l’ensemble du réseau ferré, selon un responsable de la police.

Combats directs entre l’armée et les Frères musulmans

Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Hani Abdel Latif, quatorze suspects ont été capturés et « nous n’arrêterons pas tant que nous n’aurons pas nettoyé le village de tous les terroristes et criminels », a-t-il déclaré. Selon lui, les forces spéciales de l’armée sont engagées « dans des combats directs » avec des militants islamistes. Déjà ce lundi, l’armée avait repris le contrôle de la ville de Delga, tenue depuis un mois par des pro-Morsi que les autorités accusaient d’avoir brûlé des églises. « Delga et Kerdassa figurent parmi les conséquences les plus néfastes du régime des Frères musulmans », a commenté M. Latif.

Depuis la destitution de Mohamed Morsi, le 3 juillet dernier, des centaines d’activistes des Frères musulmans ont été tués et plus de 2 000 d’entre eux arrêtés. Ils sont accusés d’incitation au meurtre de manifestants, lorsqu’ils étaient au pouvoir.