Egypte : 200 arrestations dans le cadre du double attentat du Caire

Les forces de sécurité égyptiennes ont arrêté 200 personnes, dimanche, dans le cadre du double attentat du Caire, qui a fait trois morts et huit blessés. C’est la deuxième fois, en moins d’un mois, que la capitale égyptienne est frappée par des attaques suicide.

200 arrestations. C’est le bilan de la rafle qu’ont menée, dimanche, les forces de sécurités égyptiennes, suite au double attentat suicide qui a frappé le Caire samedi. Les attaques avaient fait trois morts, les kamikazes, dont deux étaient pour la première fois des femmes, et huit blessés. Le 7 avril dernier, la capitale égyptienne avait déjà été touchée par un attentat, qui avait coûté la vie à son auteur, ainsi qu’à deux Français et un Américain. Le 7 octobre dernier, un triple attentat a touché la ville de Taba, faisant plus de 20 morts et quelque 120 blessés.

3 morts huit blessés

Samedi, le premier attentat s’est produit vers 15 heures, non loin de musée du Caire. Selon la police, Ihab Yousri Yassine, soupçonné d’avoir des liens avec l’organisation au cœur de l’attentat du 7 avril, se jette d’un pont qui enjambe la place, portant avec lui une bombe artisanale faite de poudre et de clous. Il meurt sur le coup, faisant huit blessés : quatre Egyptiens, deux Israéliens, une Italienne et un Suédois.

Plus d’une heure plus tard, près du quartier de la citadelle fortifiée, deux femmes portant un voile intégral sortent une arme à feu et tirent en direction d’un bus transportant des touristes israéliens. Sans faire de victimes. Constatant leur échec, Nagat Yousri Yacine abat Imane Ibrahim Khamis, avant de retourner l’arme contre elle-même. Agées respectivement de 22 et 19 ans, ce sont la sœur et la fiancée d’Ihab Yousri Yassine. Et aussi les premières femmes kamikazes du pays.

Deux revendications, aucune authentification

Selon les informations recueillies par l’Agence France Presse, au lendemain du drame, « 200 personnes ont été arrêtées, dont certaines brièvement, lors des descentes de la police dans les bidonvilles de Ezbet al-Gabalaoui, d’al-Amar et de Ezbet Rouchdi, où vivent les familles des auteurs et des personnes impliquées dans les trois attentats survenus au Caire » en avril.

Deux groupes ont pour l’instant revendiqué les attaques sur un site Internet islamiste. Le premier sont les « Brigades du martyr Abdallah Azzam », qui serait proche d’Oussama ben Laden, responsable présumé des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis. Le second est le « Groupe des moudjahidine d’Egypte ». Aucun élément ne permet pour le moment d’authentifier les déclarations de l’un ou l’autre groupe.

Attaquer les touristes pour attaquer l’Occident

Des analystes estiment que les attentats suicide de samedi pourraient ne pas être les derniers. Interrogé par le quotidien français Libération, le spécialiste égyptien de l’islamisme armé Dia Rashwan explique que les attaques visent à toucher des touristes, car symbolisant l’Occident, et non à déstabiliser le régime, comme les attentats qui ont ensanglanté le pays dans les années 1990. « Le contexte de chaos régional et surtout la guerre en Irak ont fait naître des idées radicales chez les jeunes Arabes, qui veulent lutter, sans pouvoir combattre directement l’agresseur sur le champ de bataille. Ils cherchent donc les représentants de l’ennemi chez eux : les Occidentaux. En Arabie Saoudite, ce sont les expatriés, et en Egypte, les touristes », estime-t-il. Le journal de l’Hexagone ajoute que « le chômage, la misère sociale et politique, le manque de réformes, la répression de l’islamisme nourrissent ces frustrations ».

Dans le pays, l’heure est plutôt à la condamnation. Le mufti de la République, Cheikh Lai Gomaa, a déclaré dans un communiqué : « Nous condamnons cet acte criminel abject. (…) Le châtiment de ceux qui font la guerre à Dieu (…) et qui sèment la destruction sur terre est qu’ils soient tués (…) ou amputés des pieds et des mains ». Les Frères musulmans dénoncent pour leur part, également dans un communiqué, une tentative de déstabilisation, « ce qui profite en premier lieu au projet américano-sioniste ».

Les autorités tentent, quant à elles, de rassurer les professionnels du secteur touristique. Le ministre du Tourisme, Ahmed Al-Maghrabi, a minimisé l’impact des attentats sur la saison, qui bat actuellement son plein. Mais d’aucuns estiment que des répercussions plus ou moins importantes sont à attendre.

Lire aussi :

 Attentat au Caire : au moins 3 morts et 18 blessés

 Egypte : l’identité de l’auteur de l’attentat du Caire est connue

 27 personnes tuées dans un triple attentat en Egypte