Education : L’Afrique se débat avec les inégalités

Malgré les succès enregistrés dans la scolarisation primaire, les inégalités et les inefficacités demeurent dans ce secteur critique.
Selon l’Union africaine (UA), l’expansion récente des inscriptions « masque d’énormes disparités et dysfonctionnements et inefficacités du système » dans les sous-secteurs de l’éducation tels que l’enseignement préprimaire, technique, professionnel et informel, qui sont gravement sous-développés.

À l’aube de l’indépendance, les nouveaux dirigeants africains ont rapidement privilégié l’éducation dans leurs programmes de développement. Selon eux, atteindre l’éducation primaire universelle aiderait l’Afrique de l’après-indépendance à sortir de la pauvreté.

Alors que les gouvernements ont commencé à construire des écoles et à poster des enseignants jusqu’aux confins du continent, avec l’aide d’organisations religieuses et d’autres partenaires, les enfants ont commencé à remplir les salles de classe et l’éducation de base était en cours.

Le taux de scolarisation primaire en Afrique est supérieur à 80% en moyenne, le continent enregistrant les plus fortes augmentations du nombre d’inscriptions dans les écoles primaires au cours des dernières décennies, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). chargé de coordonner la coopération internationale en matière d’éducation, de science, de culture et de communication. Plus d’enfants en Afrique vont à l’école que jamais auparavant.

Pourtant, malgré les succès enregistrés dans la scolarisation primaire, les inégalités et les inefficacités demeurent dans ce secteur critique.
Selon l’Union africaine (UA), l’expansion récente des inscriptions « masque d’énormes disparités et dysfonctionnements et inefficacités du système » dans les sous-secteurs de l’éducation tels que l’enseignement préprimaire, technique, professionnel et informel, qui sont gravement sous-développés.

Il est largement admis que la plupart des programmes d’éducation et de formation en Afrique souffrent d’un enseignement et d’un apprentissage de qualité médiocre, ainsi que d’inégalités et d’exclusion à tous les niveaux. Même avec une augmentation substantielle du nombre d’enfants ayant accès à l’éducation de base, un grand nombre d’enfants ne sont toujours pas scolarisés.

Un rapport récemment publié par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Tendances des inégalités de revenus en Afrique subsaharienne: Divergence, déterminants et conséquences, identifie la répartition inégale des équipements essentiels, tels que les écoles, comme les moteurs des disparités de revenus.

Ayodele Odusola, rédacteur en chef du rapport et économiste en chef du PNUD, a déclaré: « Une éducation de qualité est essentielle à la mobilité sociale et peut donc contribuer à réduire la pauvreté, même si elle ne réduit pas nécessairement les inégalités« .

Pour remédier à l’inégalité dans l’éducation, dit-il, les gouvernements doivent investir massivement dans le développement des enfants et des jeunes par le biais de politiques et de programmes appropriés en matière d’éducation et de santé.

Selon lui, une éducation de meilleure qualité améliore la répartition des travailleurs qualifiés, et les autorités de l’État peuvent utiliser cette offre accrue pour construire une société plus équitable dans laquelle toutes les personnes, qu’elles soient riches ou pauvres, ont des chances égales. Comme c’est le cas actuellement, seules les élites bénéficient d’une éducation de qualité.

« Les dirigeants riches d’Afrique envoient leurs enfants étudier dans les meilleures universités à l’étranger, comme Harvard. Après les études, ils reviennent régner dans leur pays, tandis que ceux des familles pauvres qui fréquentaient les écoles publiques auraient de la chance d’obtenir un emploi même dans le secteur public« , note M. Odusola.

Un autre défi auquel sont confrontés les décideurs politiques et les pédagogues est la faible scolarisation secondaire et tertiaire. Angela Lusigi, l’une des auteurs du rapport du PNUD, affirme que si l’Afrique a fait des progrès significatifs pour combler l’écart dans les inscriptions au niveau primaire, les inscriptions dans le secondaire et le tertiaire sont à la traîne. Seuls quatre enfants sur 100 en Afrique devraient entrer dans un établissement d’études supérieures et de troisième cycle, contre 36 sur 100 en Amérique latine et 14 sur 100 en Asie du Sud et de l’Ouest.

En effet, seulement 30 à 50% des enfants d’âge scolaire fréquentent l’école, alors que seulement 7 à 23% des jeunes d’âge tertiaire sont inscrits. Cela varie selon la sous-région, les niveaux les plus bas étant en Afrique centrale et orientale et les niveaux d’inscription les plus élevés en Afrique du Sud et du Nord « , a déclaré Mme Lusigi, également conseillère stratégique pour le PNUD Afrique.

Selon Mme Lusigi, de nombreux facteurs expliquent la faible transition de l’enseignement primaire à l’enseignement secondaire et supérieur. Le premier est le revenu limité des ménages, qui limite l’accès des enfants à l’éducation. Le manque d’investissement du gouvernement pour créer un accès égal à l’éducation joue également un rôle. « La grande poussée qui a conduit à une scolarisation primaire beaucoup plus élevée en Afrique a été une scolarisation subventionnée financée à la fois par les ressources publiques et l’aide au développement« , a-t-elle déclaré. « Cela n’a pas encore permis de fournir un accès gratuit à l’enseignement secondaire et supérieur« .

Un autre obstacle à la progression de l’enseignement primaire vers l’enseignement secondaire est l’incapacité des institutions nationales en Afrique à assurer l’équité entre les frontières géographiques et entre les sexes. Les enfants handicapés sont particulièrement désavantagés. « Souvent, en Afrique, les décisions d’éduquer les enfants sont prises dans le contexte d’institutions sociales discriminatoires et de normes culturelles qui peuvent empêcher les filles et les garçons de fréquenter l’école« , explique Mme Lusigi.

En ce qui concerne l’égalité des sexes dans l’éducation, il existe de grandes lacunes en matière d’accès, de réussite scolaire et d’études avancées, le plus souvent au détriment des filles, même si dans certaines régions les garçons peuvent être défavorisés.

L’Institut de statistique de l’UNESCO signale que plus de filles que de garçons ne sont pas scolarisées en Afrique subsaharienne, où une fille ne peut espérer recevoir que neuf années de scolarité tandis que les garçons peuvent espérer 10 ans (y compris des répétitions).

Plus de filles que de garçons abandonnent leurs études avant de terminer leurs études secondaires ou supérieures en Afrique. Globalement, les femmes représentent les deux tiers des 750 millions d’adultes sans compétences de base en lecture et en écriture.

Il y a ensuite le défi supplémentaire que représentent les systèmes éducatifs mal équipés en Afrique, les difficultés allant du manque d’infrastructures scolaires de base à un enseignement de mauvaise qualité. Selon le Baromètre de l’apprentissage de la Brookings Institution, un groupe de réflexion basé aux États-Unis, jusqu’à 50% des étudiants dans certains pays n’apprennent pas efficacement.

Les résultats des évaluations régionales des Nations Unies indiquent « des résultats d’apprentissage médiocres en Afrique subsaharienne, malgré une tendance à la hausse des acquis scolaires moyens.
Beaucoup d’enfants actuellement scolarisés n’apprendront pas assez pour acquérir les compétences de base nécessaires pour mener une vie réussie et productive. . Certains quitteront l’école sans une connaissance de base en lecture et en mathématiques.

Les moteurs de l’inégalité dans l’éducation sont nombreux et complexes, mais la réponse à ces défis repose sur des politiques simples et rationnelles de croissance inclusive, d’éradication de la pauvreté et d’exclusion, d’investissements accrus dans l’éducation et le développement humain et une bonne gouvernance. d’actifs.

Avec environ 364 millions d’Africains âgés de 15 à 35 ans, le continent a la population la plus jeune du monde, ce qui offre une immense opportunité d’investir dans la prochaine génération de dirigeants et d’entrepreneurs africains. Les pays peuvent commencer à construire et à moderniser leurs installations éducatives et à offrir des environnements d’apprentissage sûrs, non violents, inclusifs et efficaces pour tous.

L’UA, gardant à l’esprit que la population du continent va doubler dans les 25 prochaines années, cherche à travers sa stratégie d’éducation continentale 2016-2025 pour élargir l’accès non seulement à une éducation de qualité, mais aussi à une éducation adaptée aux besoins des le continent.

Le vice-président de la Commission de l’UA, Thomas Kwesi Quartey, a déclaré que les gouvernements devaient répondre à la nécessité d’une bonne éducation et d’une formation appropriée pour endiguer la montée du chômage. Les institutions d’enseignement supérieur en Afrique, dit-il, doivent revoir et diversifier leurs systèmes d’éducation et élargir le niveau des compétences pour se rendre compte des exigences de la main-d’œuvre sur me marché. « Nos établissements produisent des milliers de diplômés chaque année, mais ces diplômés ne trouvent pas d’emploi parce que les systèmes d’éducation sont traditionnellement axés sur la préparation des diplômés aux emplois de cols blancs, sans tenir compte des exigences du secteur privé, de l’innovation ou de l’entrepreneuriat, « A déclaré M. Quartey lors de l’ouverture du Forum des affaires Union européenne-Afrique à Bruxelles, en Belgique, en juin 2017.

Il a noté que si les jeunes africains ne sont pas suffisamment préparés pour le marché du travail, « la croissance dans les domaines techniques qui soutiennent l’industrialisation, la fabrication et le développement dans les chaînes de valeur restera retardée. »

L’inclusion de l’inégalité parmi les objectifs de développement durable (ODD 10: Inégalités réduites) sert de rappel important aux dirigeants en Afrique pour prendre la question au sérieux.

Pour commencer, l’accès aux programmes de développement de la petite enfance, en particulier pour les enfants issus de milieux défavorisés, peut aider à réduire les inégalités en garantissant à tous les enfants une scolarité formelle avec des bases solides.

Le PNUD, par le biais de son nouveau plan stratégique (2018-2021), s’efforcera de fournir des solutions de développement adaptées à différents contextes et à diverses priorités de développement : éradication de la pauvreté, emploi et moyens de subsistance, gouvernance et capacités institutionnelles, préparation et gestion des catastrophes.