Economie : la Guinée, bientôt un pays pauvre très endetté

La Guinée serait sur la bonne voie pour atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays Pauvres très Endettés), à en croire une mission d’évaluation du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale qui vient d’achever son séjour dans la capitale, Conakry, après trois semaines de discussions avec les autorités guinéennes. Les émissaires des deux institutions financières ont rencontré mardi, au terme de leur mission, le président guinéen, Alpha Condé, au palais Sékhoutouréya.

(De notre correspondant)

A la sortie de l’audience, le chef de la mission du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, Harry Snoek, s’est réjoui des performances économiques réalisées par le gouvernement guinéen.

« Nous avons eu beaucoup de discussions, avec de bons résultats. Les performances économiques et la gestion des finances publiques sont excellentes. Nous pensons qu’au niveau des services du FMI et de la Banque Mondiale, tous les indicateurs sont remplis et il nous faut une discussion au niveau du Conseil d’administration du Fonds Monétaire International sur les performances économiques. L’objectif est d’aller au Conseil d’administration du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale en fin septembre prochain », a-t-il rassuré.

Pour le ministre guinéen de l’Economie et des Finances, Kerfalla Yansané, il ne reste plus qu’à attendre le rapport de cette mission conjointe au Conseil d’administration du FMI et le verdict qui en résultera : « Nous venons de boucler trois semaines de négociations avec la mission du Fonds Monétaire International. Nous pouvons dire que les résultats sont globalement satisfaisants. Et la revue, je pense qu’elle a été satisfaisante. Ils envoient maintenant leur rapport à leurs autorités qui, après examen, pourront accepter que notre dossier soit présenté au Conseil d’administration du Fonds Monétaire International en septembre ».

Ainsi, les autorités guinéennes peuvent se frotter les mains. Ces constats de la mission devraient permettre à la Guinée d’être éligible à l’initiative PPTE et ainsi donner lieu à l’annulation des deux tiers de sa dette soit 2 400 millions de dollars US (environ 2 milliards d’euros). Cette annulation permettra de libérer des ressources financières importantes qui seront consacrées au développement durable du pays longtemps resté englouti dans une incertitude de décollage socio-économique et politique.

Lire aussi :

 Djibouti : réformer et libéraliser pour réaliser un potentiel prometteur

 La Chine alloue 20 milliards de dollars à l’Afrique

 La croissance africaine attire les Etats-Unis