Economie : l’Afrique du Sud à nouveau en récession

Le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa

La situation économique de l’Afrique du Sud va de mal en pis. C’est ce que révèle le service sud-africain des statistiques (StatsSA) qui a rendu public, ce mardi 3 mars 2020, ses chiffres selon lesquels le PIB du pays a accusé une régression de 1,4%, au cours du dernier trimestre de l’année 2019.

« L’économie sud-africaine s’est contractée de 1,4% au quatrième trimestre 2019, suivant une contraction de 0,8% au troisième trimestre », pose clairement le communiqué de StatsSA, avant d’ajouter : « Les transports et le commerce ont été les principaux freins de l’activité ». Ainsi, depuis la fin de l’apartheid en 1994, c’est la troisième fois que l’économie sud-africaine entre en récession. Rien d’étonnant quand on sait que durant toute l’année 2019, l’économie de la première puissance industrielle africaine a été fort mal en point.

Tous les indicateurs économiques étaient au rouge, avec un endettement croissant ayant atteint plus de 60% du PIB ; un taux de chômage inquiétant, avoisinant les 30% et qui ne garantit pas une cohésion sociale. Sur l’ensemble de l’année, le pays a enregistré un taux de croissance économique presque nul (0,2%), le plus faible depuis la crise économique mondiale de 2008-2009. Pourtant, il y a tout juste quelques années, l’Afrique du Sud caracolait à la tête des économies du continent.

Le pays faisait partie du club très fermé des BRICS (Brésil, Russie, Chine, Inde et Afrique du Sud), un groupe de pays qui ont maintenu une croissance économique remarquable en dépit de la crise économique et financière apparue aux Etats-Unis dès 2007, avant de s’étendre au reste du monde. Mais en 2013, l’Afrique du Sud s’est fait ravir la place de première puissance économique du continent par le Nigeria, même si elle a conservé la place de la première puissance industrielle. Depuis, plus rien ne va.

Cette dégringolade de l’Afrique du Sud au plan économique est en rapport direct avec la gestion catastrophique du régime Zuma qui a instauré la corruption et les détournements de deniers publics en règle de gestion. La conséquence de cette gestion, c’est que des sociétés qui, autrefois, étaient citées comme des modèles de succès, se sont retrouvées engluées dans des difficultés financières qui menacent de les conduire à la faillite.

C’est le cas de South African Airways ; c’est également le cas du géant de l’électricité, Eskom qui fournissait 90% de l’électricité consommée en Afrique du Sud. Avec les difficultés de cette société qui ont entraîné des délestages, c’est toute l’économie sud-africaine qui est frappée de plein fouet. A tout ceci s’ajoute la sécheresse endémique en Afrique australe qui vient compliquer davantage une situation déjà intenable.