Ebola : « l’existence du Liberia menacée », selon le ministre de la Santé

Devant le Conseil de sécurité de l’ONU, le ministre de la Santé du Liberia a tiré la sonnette d’alarme contre le virus Ebola, qui menace l’existence de son pays, selon lui.

Un cri d’alarme. Un appel au secours. C’est ce que le ministre de la Santé du Liberia Brownie Samukai a lancé mardi devant le Conseil de sécurité de l’ONU.

Selon lui, le virus Ebola menace l’existence du Liberia car il détruit toutes les infrastructures du pays. « L’épidémie d’Ebola se propage comme un feu de forêt, dévorant tout sur son passage », a-t-il déclaré. Selon le ministre, son pays « n’a pas assez d’infrastructures, de capacités logistiques, d’expertise professionnelle et de ressources financières pour faire face à l’épidémie de manière efficace ».

Avec plus de 1 200 morts, le Liberia est le pays qui a été le plus touché par la maladie, qui continue de se propager. Ebola a fait près de 2 500 morts en Afrique de l’Ouest, selon les dernières informations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Seule note d’espoir, le Sénégal a de son côté remporté une bataille avec la guérison de son unique cas, selon les autorités. De leur côté, ses pays voisins, Guinée, Sierra Leone, Liberia et Nigeria poursuivent leur lutte contre la fièvre hémorragique.