E-commerce et M-Commerce en Egypte : un duel inégal

Quel avenir pour le développement du e-commerce (opérations commerciales via Internet) comparativement au m-commerce (opérations commerciales par le biais d’un téléphone mobile) ? C’est à cette question qu’essaie de répondre PC World Egypt en s’intéressant aux infrastructures supportant ces différentes initiatives. Avantage : e-commerce.

Entre e-commerce et m-commerce, qui prendra le pas sur l’autre ? S’interroge PC World Egypt. Au vu des infrastructures, le e-commerce – opérations commerciales via Internet semble devoir prendre le pas sur le m-commerce, son pendant par le biais du téléphone mobile. L’Egypte compte 800 000 ordinateurs pour une soixantaine de fournisseurs d’accès qui se partagent 340 000 abonnés et 440 000 internautes. Le nombre d’utilisateurs de téléphones mobiles s’élève à 1,5 million. En Egypte, l’on compte 250 000 détenteurs de cartes bancaires.

Selon PC World Egypt, le e-commerce devrait se développer d’ici 3 à 4 ans notamment avec l’initiative sur le e-commerce de septembre 2000. Ce programme, initié par l’Etat, promeut l’utilisation des ordinateurs. Par ailleurs, le ministère des Télécommunications s’attèle à améliorer les infrastructures disponibles.

Deux poids, deux mesures

Si le e-commerce connaît, dans son développement en Egypte, un cadre relativement favorable, le m-commerce est moins bien loti. De fait, même si l’utilisation du mobile est fortement répandue, il n’en demeure pas moins que la mise en oeuvre du m-commerce est plus onéreuse actuellement que celle du e-commerce. Mais MobiNil, l’un des principaux opérateurs téléphoniques du pays, est en train de mettre une structure en place dans ce sens.

Les modes de paiement qui s’offrent aux consommateurs sont novateurs et différents. En dehors des cartes de crédit, c’est par exemple la possibilité de régler ses factures par le biais de son téléphone mobile. Deux systèmes prévalent dans le transfert des données : le SMS (Short message service) et le GSM (Global system for mobile télécommunications). Quant au WAP (Wireless Application Protocol), il se charge déjà de réconcilier e et m-commerce.