Droits de l’Homme : l’Union Européenne demande plus d’efforts au Maroc

La treizième session du Conseil d’Association UE-Maroc qui s’est tenue à Bruxelles, a été le prétexte pour l’Union Européenne de demander au royaume de faire plus d’efforts en matière de droits de l’Homme.

Lors de la treizième session du conseil d’association UE-Maroc, qui s’est tenue le 14 décembre dans l’après-midi à Bruxelles, l’occasion a été saisie par les deux parties pour revenir sur les points clés de leur coopération. L’Union, elle, demande au royaume de faire plus d’efforts en matière de droits de l’Homme.

L’Union Européenne a en effet appelé le Maroc à « redoubler d’efforts » pour garantir la liberté de réunion, d’association, d’expression et l’égalité des sexes ». C’est ce qu’a rapporté Europa Press qui précise que la rencontre a été co-présidée par la haute représentante pour la politique extérieure et de sécurité commune pr ailleurs vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, et par le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar.

Reconnaissant des avancées avec notamment le débat ouvert sur la peine de mort, l’Union estime cependant qu’« au cours de l’année 2015, il y a eu un ralentissement relatif dans le processus de réforme des droits de l’homme et des libertés fondamentales » au Maroc. L’institution appelle à accélérer la mise en œuvre des lois organiques toujours attendues, notamment celles sur le statut des magistrats et le Conseil supérieur de la magistrature, « afin d’assurer l’indépendance des juges ».

Ce qui, selon les Vingt-huit, permettra au Maroc d’être concrètement en phase avec les principes de sa constitution et ses engagements internationaux. Abordant la question du Sahara Occidental, l’Union Européenne a réaffirmé son engagement pour la résolution du conflit et dit également soutenir les efforts de l’envoyé spécial de l’ONU, Christopher Ross, à « trouver une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui garantisse l’autodétermination du peuple sahraoui ».