Droit d’adoption pour les gays sud-africains

La Cour constitutionnelle sud-africaine a reconnu mardi aux couples homosexuels le droit d’adopter des enfants. Deux juges homosexuelles, à l’origine de la saisine, seront les premières femmes à profiter de ce jugement.

 » Je suis extatique. J’avais besoin de savoir que, si quelque chose m’arrivait, Suzanne pourrait formellement prendre soin des enfants. Nous voulions juste être définitivement sûres que chacune d’entre nous pourrait prendre soin d’eux « , jubile Anne-Marie de Vos, juge homosexuelle sud-africaine. C’est elle, avec sa compagne et collègue, Suzanne du Toit, qui a saisi la Cour constitutionnelle.

Les deux magistrates, qui vivent ensemble depuis 1989, souhaitaient adopter les deux enfants de Suzanne. La Cour suprême du pays a estimé que des personnes vivant  » dans une relation permanente de même sexe  » devraient être autorisées à adopter. En clair, la famille n’est plus un homme, une femme et des enfants mais deux adultes vivant ensemble dans une relation permanente.

Les homosexuels à la fête

Le juge de la Cour Constitutionnelle Lewis Skweyiya considère que les droits à l’égalité et à la dignité des plaignantes sont violés par certains textes existants, en l’occurrence certains passages du Child Care Act (sur le soin de l’enfance) et du Guardianship Act (sur le tutorat). Pour le juge, les intérêts ne sont pas bien pris en considération par ces textes. Et de signifier que  » la vie de famille, telle qu’envisagée par la Constitution, peut être vécue de différentes façons « .

C’est la première fois qu’un pays africain donne des droits d’adoption à un couple homosexuel. Mais l’Afrique du Sud, très à la pointe dans ce domaine, a plusieurs révolutions d’avance sur tous les autres pays du Continent. En juillet dernier, la justice sud-africaine avait déjà reconnu à un couple d’homosexuelles vivant ensemble depuis 1986 les mêmes droits et avantages financiers qu’à un couple hétérosexuel marié.

L’Afrique demeure très en retard sur la reconnaissance des droits des homosexuels. La Gay and Lesbian Alliance, qui revendique 112 000 adhérents, tout en saluant ce jugement, pointe  » les homophobes du continent  » comme Robert Mugabe et Sam Nujoma. Les présidents du Zimbabwe et de Namibie s’attaquent régulièrement aux homosexuels.