Driss Jettou s’explique

Le Premier ministre marocain expose ses priorités de mise à niveau : le logement, la santé, la formation et la sécurité. De grands chantiers qu’il met en place avec des méthodes de chef d’entreprise.

Driss Jettou est en train de redonner du sens à la fonction de Premier ministre. Il le fait avec des méthodes de chef d’entreprise qui veut des résultats sérieux et rapides. Sa nomination avait « sonné » la classe politique, qui au lendemain des élections tournait en rond pour constituer des majorités de bric et de broc, et les partis politiques lui ont mené la vie dure pour constituer une équipe gouvernementale. Aujourd’hui, il explique ses choix, orientés vers la vie quotidienne des citoyens.

Pourquoi n’avez-vous pas mis la Loi de Finances en phase avec votre programme gouvernemental ?

Driss Jettou : C’est une question de temps. Une loi de Finances se prépare à partir du printemps et doit être votée au 31 décembre. Le programme du gouvernement date de la mi-novembre. Nous avons choisi de moduler ce qui était modulable mais de garder le reste pour maintenir les délais, sachant que dans certains domaines nous avons besoin de rebâtir une stratégie de fond en comble.

Quels sont ces domaines ?

Driss Jettou : Le logement, par exemple. Le ministère délégué au Logement est directement rattaché à la Primature car, pour nous, c’est un domaine essentiel. Une bonne stratégie de logement améliore la vie des gens. Nous voulons arriver à 100 000 logements solvables par an, soit plus du double de ce qui est proposé aujourd’hui. Plus de constructions de logements veut dire aussi plus d’emplois. Notre idée est que l’Etat ne construise plus lui-même. Laissons faire les entreprises privées et concentrons-nous sur les conditions foncières et financières. Il existe sur le marché des terrains vides, des instruments financiers qui dorment. Nous devons rétablir une logique et une fluidité. Je souhaite particulièrement diminuer l’avance des ménages et allonger la durée du crédit. Je suis persuadé que nous pourrons y arriver, mais il faut un peu plus de temps que le délai que nous laissait le calendrier de la Loi de Finances.

Mais vous avez retouché la Loi de Finances sur quelques points ?

Driss Jettou : Oui, sur la santé publique, sur la formation professionnelle et sur la sécurité. Le ministère de l’Intérieur a besoin d’hommes et de femmes, car la sécurité d’aujourd’hui ne se fait plus comme autrefois. Respecter les droits de l’homme a un coût et nous voulons respecter ces droits. En matière de santé publique, nous avons le sentiment que nous pouvons faire beaucoup mieux. Pourquoi ce département est souvent victime de pénurie alors qu’il ne dépense pas son budget en entier ? Nous nous demandons si la concentration des achats était une bonne idée ou bien s’il faut revenir à la décentralisation. En tout état de cause, le budget additionnel que nous avons prévu permettra d’augmenter de 30% le nombre des médicaments disponibles. Nous devons aussi réhabiliter, équiper certains établissements… Nous possédons d’ailleurs un crédit de la Banque européenne d’investissement de 120 millions d’euros (1,2 milliard de DH) pour nous aider. La mise à niveau de notre système de santé, public et privé, fait partie du grand projet de mise à niveau générale du pays.

Et la formation professionnelle ?

Driss Jettou : Nous y tenons beaucoup car elle détermine la réussite de la mise à niveau économique. Elle coûte un peu plus d’un milliard de dirhams par an. Nous pensons qu’avec 90 millions de plus cette année et 180 de plus l’année prochaine, nous pouvons doubler les capacités de formation. Nous allons ajuster l’offre à la demande et rationaliser les offres de formations proposées par les ministères.

Vous allez au-devant de grincements de dents : les administrations ont leurs habitudes…

Driss Jettou : Nous ne proposons pas une révolution. Depuis une dizaine d’années, le Maroc a expérimenté la participation des industries textiles dans la formation des cadres et des ouvriers. Les résultats sont excellents: les élèves trouvent du travail très vite, correctement payé, et les industries sont contentes de leurs jeunes collaborateurs. Nous voulons reproduire ce modèle de synergie intelligente et l’appliquer par exemple entre des ministères complémentaires.

Ce n’est pas le premier gouvernement qui promet la mise à niveau de la formation professionnelle…

Driss Jettou : Rendez-vous dans quinze jours! Notre plan sera prêt et nous le présenterons. Ce sera pour nous un engagement formel devant l’opinion publique, sur notre politique, sur notre méthode et sur le rythme que nous allons adopter.

Nadia Salah