Dossier spécial : à la découverte de la région de Kédougou, au Sénégal oriental !

Kédougou, cette région du Sénégal, est comparable à un joyau abandonné au pays de la Téranga. Cette région dispose d’énormes ressources naturelles : or, fer, phosphate, cuivre, mais elle reste paradoxalement l’une des plus pauvre du pays. Dans ce dossier spécial, Afrik.com est allé à la découverte de cette région à part, montagneuse, au magnifique paysage, décoré par de multiples collines et à la forêt luxuriante.

Au Sénégal oriental, à la frontière avec le Mali, Kédougou est située à 700 kilomètres de la capitale sénégalaise, Dakar. Elle fait partie de ces régions du pays de la Téranga, qui disposent d’énormes ressources naturelles mais peu exploitées par l’Etat. Plus de 50 ans après l’indépendance du pays, elle reste toujours l’une des régions les plus pauvres du Sénégal. Elle est toujours dégarnie du point de vue des infrastructures, ne dispose même pas d’un hôpital, ni d’éclairage public.

Pourtant, depuis quelques années, la région intéresse de plus en plus les sociétés minières étrangères, qui ont commencé à s’y installer à y exploiter et explorer l’or, notamment. De même, des orpailleurs originaires de tout le continent sont aussi à la quête de l’or dans la région, notamment au site minier de Kharakéna, où nous nous sommes rendus pour faire leur rencontre. Bien que la ruée vers l’or apporte un certain dynamisme à la région, elle n’est pas sans dangers, non seulement pour la vie humaine mais aussi pour l’environnement, provoquant la déforestation. D’autant que qui dit or dit crimes. La course au gain est aussi à l’origine de la hausse de l’insécurité sur les différents sites miniers de la région, où des meurtres sont régulièrement répertoriés par les autorités locales.

Afrik.com est aussi allé à la découverte des habitants de Kédougou, qui, malgré les difficultés quotidiennes sont très chaleureux et accueillants. De nombreuses personnes, natives de la région, œuvrent au quotidien pour son développement et l’amélioration des conditions de vie de la population. C’est le cas de Samuel Boubane Kaly, qui prépare un mémoire, à l’université Cheikh Anta Diop, sur l’impact de l’exploitation de l’or dans la région. Nous évoquons son combat dans un portrait. De même, l’ex-adjoint au maire Tama Bindia, qui se bat depuis de nombreuses années pour le développement de la région, revient dans une interview pour Afrik.com sur la genèse de la région et ses spécificités.

Un ensemble d’articles qui permettra de mieux connaître la région la plus pauvre du Sénégal du point du point du vue logistiques et infrastructures, mais sans doute la plus riche en terme de ressources naturelles.