Djibouti-Libye : le grand amour

Succession de visites diplomatiques entre Djibouti et la Libye : concertations politiques entre le guide Mouammar Kadhafi et le président djiboutien, Ismail Oumar Guelleh, projets économiques libyens à Djibouti…

Le guide Mouammar Kadhafi et le président djiboutien, Ismail Oumar Guelleh, s’étaient entretenus, jeudi 22 septembre à Tripoli, de la réforme des Nations unies et de l’élargissement du Conseil de sécurité, conformément à la position africaine adoptée par le 5ème sommet de l’Union africaine de Syrte et reconduite par le sommet extraordinaire d’Addis-Abeba, en Ethiopie. Une manière d’accorder leurs visions avant le Sommet du 60ème anniversaire de l’ONU.

La rencontre, à laquelle assistaient les membres de la délégationaccompagnant le président Guelleh ainsi que le secrétaire adjoint du Comité populaire général libyen des Relations extérieures et de la Coopération internationale, Saïd Hafyana et le Secrétaire général de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD), Mohamed Al-Madani Al-Azhari, a permis d’étudier la consolidation du processus de regroupement régional, base de la pyramide de l’UA.

Elle a également permis de jeter les bases d’un partenariat plus étroit entre la Libye et Djibouti. C’est dans ce cadre que le ministre djiboutien des Affaires
étrangères et de la Coopération internationale, Mohmoud Ali
Youssef, et le président-directeur général de la Société des investissements africains en Libye, Mohamed Al-Ajili, se sont entretenus parallèlement à Tripoli sur les possibilités d’investissement à Djibouti.

M. Al-Ajili déclara notamment à la presse (cf PANA, 23/09/2005) que la rencontre portait sur le climat des investissements, les conditions et les législations en matière d’investissement, indiquant qu’il avait été convenu d’un programme de travail pour examiner ces questions.

Si les Libyens sont, semble-t-il prêts à investir à Djibouti, encore veulent-ils le faire à coup sûr, dans des conditions de sécurité garanties.