Djibouti : Dr Sougueh Cheik, un chercheur engagé dans la lutte contre la dégradation des sols en Afrique


Lecture 3 min.
Dr Sougueh Cheik
Dr Sougueh Cheik

Dr Sougueh Cheik, de nationalité djiboutienne, chercheur agro-pédologue au Centre d’Étude et de Recherche de Djibouti (CERD), a été élu vice-président francophone du réseau africain des laboratoires de sols avec 77% des voix, lors de la troisième session plénière dans le cadre du partenariat mondial des sols. Ce choix des chercheurs africains en faveur du brillant chercheur Djiboutien s’explique en partie par son expérience à l’international et de ses compétences scientifiques de haut niveau.

AFRIK.COM revient sur le parcours scientifique de cet éminent chercheur engagé dans la lutte contre la dégradation des sols en Afrique.

Un spécialiste des sols

Dr Sougueh Cheik est un spécialiste des sols mondialement connu pour ses travaux sur la dégradation des sols et la restauration de la qualité des agroécosystèmes dans un contexte de changement climatique. Il oriente également ses recherches sur le rôle crucial que joue l’agriculture dans l’élimination de la faim, de la pauvreté et dans l’adaptation au changement climatique. « J’accorde une attention particulière aux ressources pédologiques mondiales, étant donné qu’elles constituent la base de la fourniture de services écosystémiques et que, dans le même temps, elles sont limitées et actuellement soumises à diverses menaces telles que les dégradations des sols, l’érosion, la compaction, la salinisation, la perte de la biodiversité ou encore les changements climatiques », a-t-il indiqué.

Une expérience internationale réussie

Dr. Sougueh est le tout premier scientifique djiboutien à être élu vice-chairman d’un réseau scientifique international de premier plan. Coordonné par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’Agriculture (FAO), ce réseau africain des laboratoires de sols est le plus important regroupement des spécialistes en sciences du sol du continent Africain. Composé d’environ plus de 140 laboratoires d’analyses de sols, il représente un espace d’échange et de réflexion entre chercheurs africains autour des enjeux sociétaux tels que la gestion durable des sols, l’agriculture, la sécurité alimentaire, la désertification et les changements climatiques.

A lire : Ile Maurice : Devina Lobine, la femme qui lutte contre la maladie d’Alzheimer

En tant que chercheur, il est auteur de nombreuses publications axées sur la dynamique du sol et son fonctionnement hybride dans des milieux pédoclimatiques différents notamment en Inde, au Vietnam et en France. Ses articles scientifiques ont été publiés dans des revues scientifiques de renommée internationale. Après avoir réalisé ses travaux scientifiques en expérimentant plusieurs types de sols et ayant acquis une expérience internationale de premier plan, il a présenté avec brio, en 2019, sa thèse de doctorat en sciences de l’environnement (spécialité : sciences du sol) à la prestigieuse Université française de Sorbonne (ex Université Pierre et Marie Curie, Paris IV).

Son éminent parcours scientifique et sa contribution exceptionnelle à la connaissance dans le domaine de la pédologie numérique appliquée à l’agronomie lui ont permis d’être invité comme conférencier dans des nombreux séminaires et congrès internationaux co-organisés par European Geosciences Union (EGU) et National Aeronautics and Space Administration (NASA). En plus de l’encadrement académique des étudiants, il participe activement en tant qu’expert agro-pédologue au renforcement des capacités scientifiques des chercheurs de plusieurs chercheurs d’Asie du Sud-Est et d’Afrique Subsaharienne.

A lire : RDC : Berthine Nyunga, une étoile montante dans les sciences Mathématiques et Intelligence artificielle

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter