Dix-neuf martyrs chrétiens tués en Algérie vont être béatifiés

Les évêques d’Italie ont annoncé que dix-neuf martyrs chrétiens tués en Algérie entre 1994 et 1996 seront proclamés bénis à Oran, au sanctuaire de Notre-Dame de Santa Cruz, le 8 décembre prochain.

Le choix du lieu rappelle la figure de Mgr Pierre Claverie, évêque d’Oran, tué par une bombe le 1er août 1996 avec son jeune chauffeur algérien. La tragédie la plus célèbre reste cependant celle de Sept moines trappistes de Notre Dame de l’Atlas, enlevés dans leur monastère en mars 1996 et retrouvés morts deux mois plus tard (lire sur ce sujet : Massacre des moines du Tibéhirine : l’armée algérienne pointée du doigt).

Les 19 martyrs sont les visages d’une décennie noire qui a ensanglanté l’Algérie et fait 150 000 victimes. Le décret du pape qui a donné son feu vert à la béatification pour le martyre remonte à janvier dernier.

« Chacun d’entre eux était un témoignage authentique de l’amour du Christ, du dialogue, de l’ouverture aux autres, de l’amitié et de la fidélité au peuple algérien. Avec une foi immense dans le Christ et son Evangile  » a déclaré le Père Thomas Georgeo.

Les 19 martyrs seront béatifiés en fin d’année, probablement dans le diocèse d’Oran, en Algérie, dont Mgr Pierre Claverie, originaire de la République Dominicaine – le dernier à être assassiné – était évêque. « Rendre hommage aux 19 martyrs chrétiens – dit le père Georgeon – signifie rendre hommage à la mémoire de tous ceux qui ont donné leur vie en Algérie dans les années 1990« . Entre cent cinquante et deux cent mille personnes – essentiellement des citoyens ordinaires, mais aussi des journalistes, des défenseurs des droits de l’homme, des intellectuels et des imams – ont été massacrés dans les années sombres du terrorisme islamiste. C’est pourquoi la béatification des 19 martyrs chrétiens ouvre la porte sur les nombreuses souffrances endurées par le peuple algérien.

« C’est l’occasion de redécouvrir la véritable signification du terme » martyr « , c’est-à-dire un témoin – insiste le père Thomas -. Ils n’ont pas donné leur vie pour une idée, pour une cause, mais pour Lui, avec un amour profond pour la terre où le Seigneur leur avait envoyé, l’Algérie. Avec une attention évangélique et une délicatesse envers les gens, en particulier envers les plus petits et les plus humbles, ainsi que les jeunes. Avec le respect de la foi de l’autre et le désir de comprendre l’islam. Avec un grand sentiment d’appartenance à l’Eglise algérienne: une Eglise « invitée », petite, humble, servante et aimante. Et ceci, chacun des 19 martyrs, comme beaucoup d’autres membres de l’Eglise qui sont encore en vie, l’ont vécu profondément. Leur vie et leur mort sont comme une icône de l’identité de l’Eglise d’Algérie. Ils ont incarné à la fin leur vocation d’être un sacrement de l’amour du Christ pour tout son peuple« .