Dirigeantes Sans Frontières : « Des femmes pour faire progresser des femmes »

Khady Cissé Fitoussi, la jeune et dynamique femme chef d’entreprise d’origine Sénégalaise, préside le nouveau club Dirigeantes Sans Frontières, dont le motto s’apparente à « Des femmes pour faire progresser des femmes ». Diplômée des Hautes Etudes en Pratiques Sociales et en Droit International, Khady Cissé mène de front une double activité de chef d’entreprise en France et d’audit-conseil en import/export à Dakar.

L’association Dirigeantes Sans Frontières est basée à Genève (ainsi que Paris et Chicago) pour une meilleure communication et échange de procédés avec les ONG internationales et le BIT. Le but étant d’accompagner les porteuses de projets et de les aider à prendre un élan concret dans le contexte économique difficile des pays émergents. Fervente militante associative, Khady, (7 ans d’expérience en Amérique Latine, Europe Canada et Afrique, pour le compte des OSI), est également vice présidente fondatrice du « Collectif des Femmes de Thiès » Nord au Sénégal. Ce collectif regroupe 146 poules féminins, avec un effectif total de 7000 femmes exerçant des activités génératrices de revenus telles que le batik, la sérigraphie, teinture, vannerie, couture, transformation de fruits et légumes, fabrication de savon local et le recyclage des sachets en plastique.

Dirigeantes sans frontières, s’appuie à la fois sur des équipes de bénévoles, à forte compétence et un large et influent réseau international, préalablement tissé par Danièle Rousseau au sein de « Dirigeantes France », à travers des actions ponctuelles sur des pays du monde. En effet, Danièle Rousseau a entre autres, créé « Maillage » en 2000, un réseau d’échanges entre les associations de femmes entrepreneurs du monde, se matérialisant tous les deux ans par une manifestation internationale placée sous l’égide de l’OCDE.

Dirigeantes Sans Frontières, dont l’envolée va jouir de la notoriété de Dirigeantes France et de l’assise d’influence déjà tissée de par le monde, se veut le futur tremplin actif et même proactif en terme de développement des initiatives créatrices d’entreprise. Elle agira dans les pays du MENA (Moyen Orient et Nord Afrique) pour commencer, avec le soutien de l’OCDE et du BIT, et de fonds d’investissements.

Une meilleure cohésion sociale par l’économie féminine

Dirigeantes Sans Frontières entend faire bénéficier les femmes de ces pays, des bienfaits de la mondialisation par leur participation active, en renforçant leurs moyens financiers, valorisant leur capacités et compétences à travers des projets aussi bien ambitieux que de la micro-entreprise.

Dirigeantes Sans Frontières, espère ainsi, là où les ONG s’arrêtent à l’assistanat, et où les micro crédits se limitent à des micro actions, réussir dans l’amélioration des conditions de croissance de la région, puis du pays, et une meilleure cohésion sociale par l’économie féminine florissante. Comment ? Par « La Formation Action» des femmes sur le terrain, par des « Femme Ressources » (bénévoles), à travers des programmes d’actions, d’audit et de conseil.

La formation par l’action, et l’action par la formation : Comment ne pas y avoir pensé tout de suite ? Les premiers pays d’intervention seront le Bénin, La Tunisie, Le Maroc, et le Sénégal bien sûr !

 Pour en savoir plus, visitez le site de Dirigeantes sans frontières