Direct Egypte – Violents affrontements au Caire

De violents affrontements opposent, depuis le début de l’après-midi, les manifestants qui réclament le départ immédiat du président Hosni Moubarak et des fidèles du président, sur la place Tahrir, au Caire. Il y aurait au moins 3 morts et des centaines de blessés. Il semble que les partisans de Moubarak aient comme objectif de créer un maximum de chaos pour discréditer le mouvement de contestation.

06h54 : Les États Unis ont demandé à leurs ressortissants souhaitant quitter le pays de faire pour vite pour quitter l’Égypte dans la journée.

06h35 : L’opposition a appelé à une nouvelle journée de manifestation pour ce qu’elle appelle le « vendredi du départ », en référence à la démission espérée d’Hosni Moubarak.

06h25 : Selon Al Jazeera, les heurts entre les deux parties auraient fait au moins 5 morts et des centaines de blessés. Les pro-Moubarak auraient utilisé des armes à feu et des bombes artisanales.

22h29 : Selon Reuters, un haut responsable américain aurait affirmé qu’il est clair que «des fidèles du président Moubarak ont déclenché ces gars-là pour essayer d’intimider les manifestants».

22h25 : Une équipe de Radio-Canada a été prise à partie par des partisans de Moubarak cet après midi place Tahrir. Les canadiens n’ont du leurs survie qu’à l’intervention des militaires, sinon « la foule nous aurait battus à mort » rapporte le journaliste Jean-François Lépine.

22h15 : La responsable de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, demande au vice-président Omar Souleimane une enquête sur les violences survenues dans les manifestations mercredi au Caire rapporte Le Figaro. Il est important de noter que la représentante des Etats-Unis s’adresse directement au Vice président, comme si Moubarak n’était déjà plus la…

22h : Selon la BBC, il y aurait eut trois morts dans les affrontements de la journée. Des barricades ont été montées entre les deux groupes, pro-et anti Moubarak, et le correspondant de la BBC sur place décrit la scène suivante « Il y a encore beaucoup de combats autour de la place Tahrir, en particulier du Musée National. De là où je suis debout, je peux voir des gens jeter des cocktails Molotov. De temps en temps on entend aussi des coups de feu qui éclatent rapidement et je vois des balles traçantes voler d’un côté de la place à l’autre.  »

20h17: Un calme relatif semble régner sur la place Tahrir (Caire) qui a connu de violents affrontements entre partisans et opposants à Moubarak tout au long de l’après-midi. Par contre, la chaîne Al-Jazira fait état de coups de feu et d’accrochages sur la place Mustpaha Mahmud à El-Muhandassia.

19h45:« Il est évident que la situation n’est pas tenable en Egypte », a affirmé le président américain Barack Obama, rapporte France 24

19h30: « Si le gouvernement égyptien est derrière les actes de violence, il faut qu’il cesse cela », déclare le porte-parole de la présidence américaine.

19h05: Selon une dépêche de l’AFP, deux cocktails Molotov sont tombées dans la cour du Musée égyptien du Caire, près de la place Tahrir, sans l’incendier.

19h00: Youcef El Karadaoui, grand imam et prédicateur d’al Azhar, appelle tous les Egyptiens à rejoindre la manifestation sur la place Al-Tahrir (Caire), dans une déclaration à la chaîne Al-Jazira.

18h51 : Selon la chaîne Al Arabya, les affrontements ont fait un mort et 403 blessés aujourd’hui.

18h43 : Le plus haut gradé américain, l’Amiral américain Mike Mullen, a affirmé avoir «confiance dans l’armée égyptienne pour assurer la sécurité du pays et du canal de Suez» au cours d’un entretien téléphonique avec son homologue, le général Sami Anan, selon le Pentagone.

17h 53 : Le ministre belge des Affaires étrangères a demandé « la libération immédiate » du journaliste belge arrêté alors qu’il couvrait plus tôt dans la journée une manifestation au Caire.

17h30 : Au moins 500 personnes ont été blessées lors des heurts sur la place Tahrir, au Caire selon l’AFP. Dans une mosquée transformée en hôpital de campagne, un médecin estime que le bilan pourrait être plus lourd car «d’autres blessés ont été transférés vers d’autres hôpitaux».

17h10 : Deux cocktails Molotov ont atterri dans la cour du Musée égyptien qui abrite des œuvres de l’antiquité pharaonique près de la place Tahrir. L’armée est parvenue à éteindre l’incendie avant qu’il ne se propage.

17h00 : Les Etats-Unis «déplorent et condamnent» la violence contre les manifestants, déclare la Maison Blanche. De son coté le premier israélien Benyamin Nétanyahou a mis en garde contre les risques de ce soulèvement populaire qui pourrait déboucher sur une période «d’instabilité et d’incertitude pendant de nombreuses années» dans la région.

16h42 : l’AFP annonce des centaines de blessés sur la place Tahrir suite aux affrontements entre les partisans de Hosni Moubarak et les manifestants.

16h25 : Au cours d’un reportage dans un quartier pauvre du Caire, deux journalistes suédois du quotidien «Aftonbladet» ont été pris à partie par la foule. Ils ont été accusés par certains manifestants d’être des agents du Mossad (services secrets israéliens). Un soldat les a aidé à s’échapper.

16h20 :Les Etats-Unis s’inquiètent «des arrestations et des attaques» contre les médias couvrant la crise égyptienne.

16h17 : Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a jugé inacceptable toute attaque contre les manifestants.

15h29 : L’Egypte réfute les appels à une transition immédiate du pouvoir a déclaré le porte parole du ministère des Affaires étrangères après les appels de la communauté internationale qui se ont multipliées au cours de la journée. « Il est très regrettable de voir des pays étrangers occidentaux comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, et même la Turquie, qui se cherchent un rôle en toute circonstance, fourrer leur nez dans les développements en Egypte », a-t-il ajouté, en appelant ces pays à « se mêler de leurs affaires ». « Ces pays se sont permis d’une manière osée et sans précédent de parler au nom du peuple égyptien et d’adopter les revendications de certaines parties. C’est une chose totalement rejetée par l’Egypte, le gouvernement et le peuple ». Ces demandes «des parties étrangères visent à enflammer la situation intérieure en Egypte», a dénoncé le ministère de l’Intérieur.

14h54 : Le ministère de l’intérieur rejette les allégations des manifestants contre le régime du président selon lesquels des policiers en civil auraient provoqué les affrontements.

14h38 : L’opposant Mohamed El Baradei accuse le gouvernement d’Hosni Moubarak de recourir à «la tactique de la peur»

13h30 : De violents affrontements opposent les manifestants qui réclament le départ immédiat du président Hosni Moubarak et ses partisans, sur la place Tahrir, au Caire.

9h47 : Près de 500 partisans du président Hosni Moubarak se sont à leur tour rassemblés dans le centre du Caire pour apporter leur soutien au Raïs. Certains d’entre eux ont exprimé l’intention de se rendre sur la place Tahrir, où les opposants au régime se sont mobilisés.

8h55 : Des milliers de manifestants se sont rassemblés au Caire sur la place Tahrir pour réclamer à nouveau le départ du président Hosni Moubarak. Ils scandaient, «allez, allez, Hosni dehors».