Didier Raoult, un druide africain pour sauver le monde

Le Professeur Didier Raoult

Le 25 février 2020, dans une courte vidéo intitulée Coronavirus fin de partie, le professeur Didier Raoult, infectiologue de renommée mondiale, lançait une bombe d’espoir dans un monde débordé par la pandémie du Covid-19. Portrait du plus africain des druides français.

Didier Raoult est né en Afrique, le 13 mars 1952, à Dakar au Sénégal. Infectiologue et professeur de microbiologie français, il est en charge des maladies infectieuses à la Faculté de médecine de l’université d’Aix-Marseille, dans le sud de la France. Reconnu dans le monde entier pour sa connaissance des maladies infectieuses tropicales émergentes, il a fait changer les regards portés sur l’épidémie de Coronavirus en déclarant, dans une courte vidéo diffusée sur Youtube, avoir trouvé un remède contre le Covid-19, avec la Chloroquine.

La Chloroquine est un médicament utilisé depuis le milieu des années 40 comme antipaludique. Il aurait été testé dans certains hôpitaux chinois et Didier Raoult a aussi procédé à des tests dans son service, à l’hôpital de la Timone, à Marseille. La Chloroquine, comme beaucoup de médicaments contre le paludisme, a des effets secondaires possibles, surtout s’il est pris en surdosage. Mais généralement, il est bien toléré par les patients. Didier Raoult connait parfaitement ces produits. Outre sa jeunesse au Sénégal, sa mère était infirmière et son père médecin militaire, il a dirigé, pendant une dizaine d’année, entre 2008 et 2017, l’URMITE (Unité de recherche en maladies infectieuses et tropicales émergentes), à Marseille et à Dakar.

Parfois contesté en raison de son look de gaulois et de méthodes peu orthodoxes, Didier Raoult est cependant un expert reconnu dans le monde entier en matière de maladies infectieuses et tropicales. Il a découvert plusieurs virus géants comme le mimivirus ou des virus nains comme  le Spoutnik, un virus capable d’en infecter un autre pour se développer. Pour découvrir l’ensemble de ses travaux et découvertes.

Didier Raoult est classé parmi les dix premiers chercheurs français, par la revue Nature, pour ses nombreuses publications et il a été choisi par l’Elysée pour faire partie de la cellule scientifique en charge de définir les mesures pour lutter contre la propagation de l’épidémie de Coronavirus. Peu en phase avec certains autres membres et avec le temps politique, il s’est récemment mis en retrait pour se consacrer au soin des malades qui viennent le voir dans son hôpital et à qui il administre un traitement à base de Chloroquine combiné avec de l’Azithromycine.

Spécialiste aussi de la peste et de son développement, en Europe dans l’Antiquité et au Moyen âge, il a une vision claire de la façon dont il faut aujourd’hui combattre la pandémie de Covid-19, et son travail a influencé de nombreux hommes politiques, Trump aux Etats-Unis, mais aussi les pays du Maghreb, Algérie et Maroc en tête, puis la plupart des pays d’Afrique qui ont décidé de mettre en place ses traitements à base de Nivaquine ou de Chloroquine. Autant de produits disponibles largement en Afrique car utilisés dans tous les pays du continent pour lutter contre le paludisme, mais qui ont aussi comme avantage d’être facile à fabriquer, ce sont des médicaments génériques, et donc très peu chers.

En conclusion, comme Didier Raoult aime à le rappeler, « Moi, comme n’importe quel docteur, à partir du moment où l’on a montré qu’un traitement était efficace, je trouve immoral de ne pas l’administrer. C’est aussi simple que ça. »

Lire aussi : Les remèdes miracles contre le coronavirus