Deux assassins prétendent être le père de la fille de Rachida Dati

Alfredo Stranieri et Germain Gaiffe, deux assassins, ont comparu vendredi devant le tribunal correctionnel de Versailles dans la banlieue parisienne. Ils sont jugés pour outrage, après avoir écrit à Rachida Dati pour réclamer des droits de visite sur sa fille dont ils prétendent chacun être le géniteur. L’affaire a été renvoyée fin juin.

Alfredo Stranieri, 54 ans et Germain Gaiffe, 43 ans, deux prisonniers de droit commun, auraient dû y réfléchir par deux fois, avant de prétendre chacun être le père de Zohra, la fille l’ancienne ministre française de la Justice, Rachida Dati. Vendredi, les deux hommes qui purgent de longues peines de prison à Poissy ont comparu au tribunal correctionnel de Versailles dans les Yvelines, pour « outrage sur personne de l’autorité publique ». Aujourd’hui députée européenne et maire du très huppé 7e arrondissement de Paris, Rachida Dati leur reproche de lui avoir écrit, en septembre 2010, pour réclamer un droit de visite sur sa fille, dont ils prétendent être le père. Dans leurs deux missives, ils ajoutent chacun une déclaration de paternité. Une mauvaise blague que l’ancienne ministre n’a pas appréciée. Toutefois, c’est le parquet qui a décidé de diligenter les poursuites. Rachida Dati s’est constituée partie civile « par principe », selon Olivier Metzner son avocat.

Dati protégée par la justice

Plusieurs semaines avant la naissance de sa fille, début janvier 2009, une vive polémique avaient secoué l’opinion au sujet du géniteur de celle-ci. Rachida Dati n’a jamais évoqué publiquement le nom de l’heureux papa, laissant persister le mystère. Une chose est sûre : ni Alfredo Stranieri, ni Germain Gaiffe n’ont pu contribuer à la venue de Zohra en ce monde. Tous deux sont en prison pour des crimes horribles. Le premier a été condamné à la prison à perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans en 2004, pour deux doubles meurtres. Il a été reconnu coupable d’avoir tué et enterré quatre personnes dans des jardins. Le second, condamné en 2003, purge depuis une peine de 30 ans pour avoir tué et démembré un homme.

Rachida Dati a préféré se tenir éloignée ce vendredi du tribunal où les deux hommes comparaissaient. « Ma cliente ne sera pas à l’audience. Elle ne veut pas être confrontée à ces gens-là», a expliqué au Parisien, son avocat Me Olivier Metzner. Les deux prévenus qui savent n’avoir pas grand-chose à perdre dans ce procès ont nargué le tribunal. Alfredo Stranieri a traité Me Metzner de « connard », lorsque l’avocat lui a rappelé son passé criminel. De son côté, Germain Gaiffe a déchiré son t-shirt pour laisser apparaître son torse sur lequel il avait inscrit en lettres capitales « Père de Zohra ». L’audience a été renvoyée au 20 juin.