Désertification du Maghreb : le cri d’alarme d’un universitaire

La revue française Le Monde diplomatique expose l’analyse d’un géographe, Pierre Rognon, selon lequel les causes socio-économiques seraient dominantes dans l’extension du désert nord-africain. Face au danger immédiat, le chercheur préconise une transition rapide vers une économie diversifiée.

Le numéro spécial  » Manière de voir  » n°50 du Monde diplomatique reprend une analyse passionnante de l’universitaire Pierre Rognon, professeur à Paris VI et responsable du réseau européen Med-Campus n°8, « Désertification et aménagement au Sud de la Méditerranée « .

L’occasion pour Pierre Rognon de pousser un cri d’alarme et d’appeler à une responsabilisation des décideurs, dans tous les pays du Maghreb, face à des erreurs de comportement ou des planifications erronées, dont les conséquences sont néfastes pour l’évolution des milieux naturels et des conditions de vie quotidienne. En effet, démontre le chercheur français, rien n’indique pour l’instant qu’une évolution climatique sensible soit à l’origine de l’avancée du désert au Maghreb : les phases de grande sécheresse ne sont ni plus rapprochées ni plus longues au cours de cette décennie qu’au cours des précédentes, et leurs conséquences ne sont pas tangibles.

Mais cela ne signifie pas que les progrès du désert soient stoppés, ou que l’on n’ait pas à redouter de nouvelles avancées dans les années qui viennent :  » en réalité, au Maghreb, écrit-il, le risque climatique est moins important que les erreurs d’aménagement. «  Les causes de la désertification sont pour l’essentiel  » socio-économiques «  : la forte expansion de la population est l’une des premières, entraînant une pression croissante sur les ressources naturelles.

La libre décision des hommes

 » La population se regroupe de plus en plus dans les villes, et le Maghreb connaît un des rythmes d’urbanisation les plus rapides du monde : la population citadine représentait 20% des habitants en 1950, 30% vers 1970, 50% en 1990, et devrait atteindre 75% en 2025. L’extension de villes comme Alger ou Casablanca se fait au détriment des terres fertiles des régions environnantes… « 

Conclusion de ces observations : le salut des pays du Maghreb passe par leur transition d’une économie encore essentiellement agricole à une économie diversifiée, dans laquelle les centres d’activité et de richesse tiendront à l’exploitation d’autres ressources : mines, hydrocarbures, artisanat, pêche, recherche scientifique, énergie solaire, nouvelles technologies…

Miser sur l’avenir écologique et politique du Maghreb, c’est parier sur une mutation qui fera entrer les sociétés de tous les pays du nord du Sahara de plain-pied dans l’ère de l’information, sans passer forcément par la case  » industrialisation lourde « . Il faut pour cela faire les bons choix, très vite. D’où la conclusion de Pierre Rognon en forme d’avertissement :  » En définitive, l’avancée du désert dépend de la libre décision des hommes « .

L’article initial de Pierre Rognon a été publié dans Le Monde diplomatique en février 1995 et repris dans le numéro Manière de voir n°50, mars-avril 2000.