Des zones de non-droit pour les femmes à Paris

Les habitantes des quartiers de la Chapelle-Pajol et de la Goutte d’Or à Paris disent avoir peur de quitter leur domicile car des groupes d’hommes migrants les menacent et les accusent de porter des vêtements «immodestes».

Les femmes de Paris seraient trop effrayées pour se promener dans les «zones de non-droit» où les migrants et les trafiquants de drogue les harcèlent rapporte le quotidien français Le Parisien.

Les quartiers de la Chapelle-Pajol et de la Goutte d’Or, à l’est de la capitale française, seraient de plus en plus dangereux pour les femmes en raison de l’arrivée récente de nombreux jeunes hommes africains et arabes.
Une femme de 80 ans du district a affirmé qu’elle avait été agressée sexuellement à la maison une nuit alors qu’une autre, 38 ans, a déclaré que le café en dessous de son appartement est devenu un lieu exclusivement masculin.

Certaines femmes vivant dans la région affirment ne pas pouvoir quitter leurs maisons sans être aggressées verbalement par des hommes migrants, a déclaré Le Parisien.


Les femmes harcelées place de la Chapelle

Des dizaines de femmes ont protesté contre ces soi-disant “zone interdites” la semaine dernière. « Les problèmes dans la région sont réels« , a déclaré l’une des manifestants, « C’est agressif et vous voyez des hommes se battre dans les rues. Les femmes ne se sentent pas en sécurité« .

Une femme interrogée par Le Parisienraconte « L’atmosphère est angoissante, au point que certaines d’entre nous ont même modifié leur itinéraire, leurs vêtements. Certaines ont même renoncé à sortir« . Pendant ce temps, Aurélie, âgée de 38 ans, dont le café en dessous de chez elle est devenu un lieu réservé aux hommes a déclaré: « Je dois entendre beaucoup de remarques quand je passe devant moi, d’autant plus qu’ils boivent beaucoup« .

Babette de Rozières, candidate pour le parti Les Républicains de droite, a organisé un sit-in et une marche dans le quartier. Une initiative pas toujours bien reçue sur place « C’est extrêmement désagréable et choquant de voir en quelques heures, une fois qu’il y a un buzz sur les réseaux sociaux, que c’est récupéré par les candidats aux législatives« , s’indigne sur France bleu une membre de l’association Demain La Chapelle.

La maire de la ville, Anne Hidalgo, a néanmoins reconnu le problème et déclaré «nous ne tolèrerons pas qu’un quartier soit en proie à des actes de discrimination à l’égard des femmes. (…) cela ne correspond pas aux valeurs de Paris ni de la République. Je souhaite informer les résidents locaux que nous sommes entièrement à leur côté et que notre action ne va plus avant que la situation ne revienne à la normale..


Marches exploratoires de femmes Goutte d’or par reunionspubliques