Des SMS contre la malaria

Afin d’optimiser la gestion des stocks antipaludiques, le gouvernement Tanzanien, en partenariat avec IBM, Novartis, Vodaphone, RBM, a mis en place en 2009 un projet innovant. Il consiste à éviter les ruptures de stock en antipaludiques dans les établissements de soins en renseignant les livreurs sur l’état des stock des centres de soins. La société informatique IBM a rendu public le dimanche 25 avril les résultats de l’initiative, baptisée « SMS for life », à l’occasion de la journée mondiale contre le paludisme. Une véritable réussite.

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le paludisme le 25 avril, la société informatique IBM a publié les résultats d’un projet simple et efficace. Pour améliorer la gestion des stocks de traitements antipaludiques dans les hôpitaux en Tanzanie, un projet ingénieux d’alertes SMS avait été lancé en 2009. L’initiative, nommée « SMS for life », s’était étendu à 3 districts. Elle permettait la gestion des stock d’établissements de soins par SMS.

Le principe est simple. Le système, a été mis en place par le gouvernement tanzanien en collaboration avec Novartis, Vodafone, IBM, RBM (Roll Back Malaria). Un SMS est envoyé toutes les semaines aux établissements de soins leur demandant de communiquer l’Etat de leur stock de médicaments antipaludiques. Cela permet ainsi d’éviter une rupture de stocks à moindre frais.

Des résultats encourageants

« Dès les premières semaines, les 47 établissements de soins d’un des trois districts disposaient de l’intégralité des stocks d’antipaludiques nécessaires au traitement des patients », constatent les experts de RBM. Les ruptures de stock ont en effet considérablement diminué durant les 5 mois de l’expérience. En moyenne, le procédé aurait permis de diviser par 3 les risques de rupture de stock d’antipaludiques et a déjà sauvé plusieurs centaines de vies.

Dans un pays où la malaria, maladie transmise par les moustiques, est un problème endémique, principalement à cause de la difficulté de la population malade d’obtenir des traitements, la solution « SMS for life » semble donc apporter une véritable solution. Si l’expérience n’a pour l’instant porté que sur 5 districts du pays, le gouvernement tanzanien envisage d’étendre le système à tout le pays et peut-être même à d’autres médicaments.