Des produits d’apprentissage en ligne ont permis de surveiller des enfants

Internet
Internet (illustration)

48 gouvernements ont recommandé des produits non sûrs pendant la pandémie, selon des données probantes

(New York, le 12 juillet 2022) – L’écrasante majorité des produits de technologie éducative (« EdTech ») approuvés par 49 gouvernements des pays les plus peuplés du monde et analysés par Human Rights Watch semblent avoir surveillé, ou avaient la capacité de surveiller, des enfants, mettant en danger ou enfreignant leurs droits, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Human Rights Watch a publié des éléments de preuve techniques ainsi que des profils de confidentialité faciles à consulter pour 163 produits EdTech recommandés pour l’apprentissage des enfants pendant la pandémie.

Sur les 163 produits EdTech examinés, 145 (89 %) surveillaient ou avaient la capacité de surveiller les enfants, en dehors des heures de classe et au cœur de leur vie privée. Il s’est avéré que de nombreux produits récoltaient des informations au sujet des enfants, par exemple qui ils sont, où ils se trouvent, ce qu’ils font en classe, qui sont leur famille et leurs amis, et quel type d’appareil leur famille pouvait se permettre de leur procurer pour l’apprentissage en ligne. Ces preuves étayent le rapport du 25 mai 2022, intitulé « ‘How Dare They Peep into My Private Life?’: Children’s Rights Violations by Governments that Endorsed Online Learning during the Covid-19 Pandemic» («‘Comment osent-ils épier ma vie privée?’: Violations des droits des enfants par des gouvernements ayant approuvé l’apprentissage en ligne pendant la pandémie de Covid-19», résumé et recommandations en français).

«Les enfants, les parents et les enseignants ont été largement tenus dans l’ignorance des pratiques de surveillance des données que nous avons découvertes dans des salles de classe virtuelles», a déclaré Hye Jung Han, chercheuse sur l’impact des technologies auprès de la division Droits des enfants et chargée de plaidoyer au sein de Human Rights Watch. «En comprenant comment ces outils d’apprentissage en ligne ont géré la vie privée de leur enfant, les gens peuvent exiger plus efficacement des protections pour les enfants en ligne».

Peu de gouvernements ont vérifié si les produits EdTech qu’ils ont approuvés à la hâte pendant  la pandémie de Covid étaient sûrs pour les enfants. De nombreux gouvernements ont mis en danger ou porté atteinte aux droits des enfants. Sur les 42 gouvernements qui ont fourni une éducation en ligne aux enfants en créant et en proposant l’utilisation de leurs propres produits EdTech, 39 gouvernements ont élaboré des produits qui traitaient les données personnelles des enfants d’une manière qui mettait en danger ou enfreignait leurs droits.

Human Rights Watch a constaté que la surveillance des données a eu lieu dans des environnements éducatifs où les enfants ne pouvaient raisonnablement pas s’opposer à une telle surveillance. La plupart des entreprises n’ont pas permis aux élèves de refuser d’être suivis et la majeure partie de cette surveillance s’est déroulée en secret, à l’insu de l’enfant ou de sa famille, ou sans leur consentement. Dans la plupart des cas, il était impossible pour les enfants de se soustraire à cette surveillance sans renoncer à l’enseignement formel pendant la pandémie.

Les preuves comprennent des profils de confidentialité faciles à consulter, conçus pour aider les parents, les enseignants et d’autres personnes à comprendre comment les produits EdTech recommandés par les gouvernements peuvent avoir traité les données des enfants et leur vie privée, au moment de l’analyse de ces produits. Human Rights Watch invite les experts, les journalistes, les décideurs et les lecteurs à tester les données et les preuves techniques et à y réagir.

Human Rights Watch a lancé une campagne mondiale, #StudentsNotProducts, qui rassemble parents, enseignants, enfants et alliés pour exiger des protections pour les enfants en ligne.

«Les enfants n’ont pas de prix, ce ne sont pas des produits», a conclu Hye Jung Han. «Les gouvernements devraient adopter et appliquer des lois modernes sur la protection des données des enfants, pour mettre fin à la surveillance des enfants par des acteurs qui n’ont pas à cœur leur intérêt supérieur».