Des Pharaons phé-no-mé-naux

Les Egyptiens réalisent un exploit historique en battant les favoris du tournoi : les champions olympiques russes. Kwayyes ! Awi ! Awi !

Magnifiques Egyptiens. En terrassant le champion olympique russe, sur un score de 21-19, les Pharaons ont réalisé, ce jeudi, un exploit historique et se qualifient pour les demi-finales. Il ne s’agit pas d’une contre-performance des Russes, mais bel et bien de l’émergence d’un géant du handball mondial. Pour la première fois une équipe africaine va accéder au stade final de la plus prestigieuse compétition de ce sport. Les marqueurs Touchkine et Kocharov se sont cassés les dents sur une défense exemplaire. Ni l’  » impassable  » gardien Andreï Lavrov, avec pas moins de quinze arrêts (dont deux penalties), ni l’expulsion de l’ailier Mohamed Ibrahim n’ont pu inverser la tendance.

Dieu était avec l’Egypte

Dieu était avec l’Egypte. La fougue aussi. Les Russes, qui avaient réussi à revenir au score à la 56e minute, n’ont pas su, ou pas pu, exploiter leur avantage psychologique. L’audace du meneur de jeu Marwan Ragab, auteur de cinq buts, le mordant de Zecky et le panache de l’ailier droit Hegazy ont tout simplement conquis le public d’Amnéville les Thermes, qui a pris fait et cause pour les challengers. L’entraîneur Vladimir Maximov n’a pas rougi de son échec, préférant rendre hommage aux vainqueurs :  » De grandes perspectives s’ouvrent à eux, notamment la médaille d’or dès les jours prochains « . Et d’avertir la France, prochain adversaire des Pharaons. Si les Egyptiens confirment leurs talents de destructeurs de défense, si les Bleus ne parviennent pas à garder les ballons, comme cela a été le cas face à l’Allemagne, la victoire peut encore sourire à nos champions égyptiens !