Des morts suspectes de volailles en Mauritanie

Plusieurs morts suspectes de volailles ont été signalées au cours des derniers jours dans la localité mauritanienne de Toufdé-Civet (chef-lieu d’arrondissement dans la région de Kaédi, vallée du fleuve Sénégal), située juste en face de la ville de Matam (Sénégal) et de deux autres localités environnantes.

Ce phénomène constaté depuis quelque temps a amené une mission conjointe du ministère de la Santé et du développement rural et de l’Environnement à se rendre sur les lieux pendant le week-end.

La mission a effectué des prélèvements de sang et d’organes et a fait abattre et incinérer la volaille suspectée, selon les services officiels.

Les prélèvements effectués ont été envoyés pour analyse à Dakar et les premières opérations déjà effectuées permettent aux services compétents de parler de la « maladie de Newcastle : avec une diarrhée de couleur verdâtre et torsion du cou ».

Aucun cas d’attaque contre les êtres humains n’a été signalé par la mission qui considère toutefois que la zone suspecte est « un foyer possible de grippe aviaire ».

L’annonce de morts suspectes dans ces localités situées à une soixantaine de kilomètres à l’Est de la ville de Kaédi, survient dans un contexte marqué par la découverte, ces derniers jours, de nombreux foyers de grippe aviaire à travers le monde, notamment dans le nord du Nigeria, ce qui a poussé les autorités de Nouakchott à interdire toute importation de volaille en provenance de ce pays qui approvisionnait le marché national à hauteur de plus de 30 pour cent.

La Mauritanie est un important point de passage pour les
oiseaux d’eau migrateurs et abrite en plusieurs endroits des réserves naturelles qui constituent des refuges pendant les périodes de grand froid en Europe, rappellent les spécialistes.

Les pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA) ont adopté vendredi dernier à Tunis un plan commun de lutte contre la grippe aviaire.