Des militants islamistes de Boko Haram tuent au moins 30 soldats nigérians sur une base militaire

Les militants se revendiquant de l’Etat islamique du groupe terroriste Boko Haram ont tué jusqu’à 30 soldats lors d’une attaque contre une base militaire dans le nord-est du Nigeria lors de l’une des plus grandes attaques de ce type cette année.

« Nous avons perdu au moins 30 hommes dans des combats avec les terroristes de Boko Haram qui ont attaqué nos troupes à Zari vers 16h jeudi », a confié un officier de sécurité samedi. L’attaque s’est déroulée dans une base du village de Zari, au nord de l’Etat de Borno.

« Les insurgés sont arrivés en grand nombre dans des camions et transportaient des armes lourdes, a expliqué l’officier. Ils ont engagé des soldats dans une bataille qui a duré une heure.(…) Leur force de frappe était si puissante que les troupes ont été contraintes de se replier temporairement avant l’arrivée des renforts » a précisé l’officier. Les combats ont duré environ deux heures avant l’arrivée des avions de combat qui ont permis de sécuriser la base.

Plus tôt cette semaine, des responsables du gouvernement nigérian ont ordonné à des milliers de personnes déplacées de retourner à Guzamala, une zone jugée dangereuse par les agences d’aide.

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari est un ancien général qui a remporté les élections de 2015 après avoir promis d’écraser les militants islamistes. Il devrait candidater à un deuxième mandat en février 2019.

Les informations arrivent avec plusieurs jours de décalage car les évènements se sont déroulés dans une région éloignée près de la frontière avec le Niger

Les assaillants sont membres du groupe de l’Etat islamique d’Afrique de l’Ouest (ISWAP) qui séparée de la branche officielle de Boko Haram en 2016. Boko Haram a tué plus de 30 000 personnes dans la région depuis 2009, quand elle a lancé une insurrection pour créer un califat islamique.