Des micro-projets pour lutter contre l’émigration au Sénégal

La Commission européenne va mettre en oeuvre d’ici à juin 2007, au Sénégal, un programme de financement de projets de création d’emplois, d’un montant global de 18 milliards de FCFA, pour lutter contre le phénomène de l’émigration clandestine des jeunes, a annoncé jeudi à Dakar, le nouvel ambassadeur de l’institution européenne au Sénégal, Gilles Hervio.

Les financements de la Commission européenne visent essentiellement des projets de voirie urbaine à Dakar et à Ziguinchor, au sud du Sénégal.

« Notre ambition est de détourner la main d’œuvre candidate à l’exode, sur les chantiers publics dans la capitale et dans la principale ville de la région du sud », a déclaré Gilles Hervio, le représentant européen.

Il a indiqué qu’une partie de ces fonds spéciaux sera également accordée aux projets de création d’emplois développés en août dernier par le gouvernement de l’Espagne dans la ville de Saint-Louis, 280 Kilomètres au nord de Dakar, qui constitue une importante plaque tournante de l’exode des clandestins vers les côtes européennes.

Décourager l’émigration clandestine

A long terme, la Commission européenne envisage de porter au profit du Sénégal, le taux d’aide budgétaire du 10ème Fonds européen de développement (FED), de la période 2008-2012, à 50% contre 20% en 2004, afin d’accroître davantage le développement de micro-projets pour décourager l’émigration clandestine, a rappelé M. Hervio, conformément à l’engagement adopté, le 23 novembre dernier, par l’institution européenne au sommet de Tripoli sur le phénomène.

Le Commissaire européen, Louis Michel, avait notamment plaidé pour l’élaboration de mécanismes de financement de micro-projets comme solution aux vagues d’émigration des jeunes africains, lors de sa visite à Dakar, le 26 octobre dernier.