Des logiciels pour l’Afrique, par l’Afrique

Afrisofts met à la disposition des entreprises ivoiriennes et des sociétés sous-régionales, des logiciels adaptés à leurs spécificités en matière de gestion financière et commerciale. « Des logiciels écrits en Afrique, pour l’Afrique  » : le slogan de la société résume toute la philosophie d’une démarche innovante.

Afrisofts est une société ivoirienne spécialisée dans la conception de logiciels dans les domaines des ressources humaines et de la gestion financière et commerciale. Afri Paie, Afri personnel et Afri Ventes sont quelques-uns des produits proposés par une équipe de développeurs à majorité ivoirienne (sept développeurs sur dix, ndlr). Son originalité : proposer des logiciels créés en Afrique et adaptés aux particularités de l’Afrique. D’Abidjan à Bamako, en passant par N’Djamena, les produits Afrisofts sont utilisés dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (zone CFA, ndlr).

Subir ou innover

 » Dès 1977, année où je suis arrivé en Côte d’Ivoire, j’ai constaté qu’il y a avait des particularités africaines que des logiciels de référence comme Ciel Compta ou Ciel Paie du groupe Sari, en dépit de quelques adaptations, ne pouvaient prendre en compte « , indique Michel Stouvenel, directeur fondateur d’Afrisofts et informaticien de formation. Sur le continent, les prêts de scolarité sont une spécificité qui nécessitent une procédure particulière en ce qui concerne les retenues. De même, les impôts sont prélevés à la source. De plus, parce que la plupart des entreprises ivoiriennes, béninoises, maliennes, sénégalaises et bien d’autres ont des fournisseurs en Asie, en Amérique ou encore en Europe, une gestion de transit s’impose du fait des formalités administratives et douanières.

C’est en 1994 que naissent les logiciels Afrisofts.  » Au sein de SVPI (ancêtre d’Afrisofts, ndlr), nous avons mené une réflexion pour savoir si l’on continuait d’être de simples revendeurs de produits Sari ou si l’on prenait le risque d’investir. Cela nous a coûté une bagatelle de près de 400 millions de F CFA. Notre projet a abouti et nous vendons entre 40 et 50 logiciels par an.  » Un logiciel standard pour une entreprise qui compte une centaine d’employés coûte entre 1 et 1,5 million de F CFA. 10 millions pour les plus grandes, ce qui est rarissime.

Made in Africa : parfois un handicap

L’atout majeur de l’entreprise réside dans le service après-vente dont la proximité géographique et culturelle est la clé de voûte. « Des logiciels écrits en Afrique, pour l’Afrique », slogan qui représente la démarche de l’entreprise, s’est révélé être un atout mais aussi un handicap. Selon Michel Stouvenel, paradoxalement, les Africains sont les plus réticents quant au label  » conçu en Afrique « . La clientèle reste cependant équitablement partagée entre les entreprises locales et les multinationales. Anglogold, Coton Tchad, Electricité du Mali, Alcatel, Accor, Metalivoire, Telecel, le port autonome de Lomé et bien d’autres comptent parmi les clients de la firme ivoirienne.

Si l’entreprise, compte tenu de la situation politique en Côte d’Ivoire, n’ a pu amortir pour l’instant son investissement, elle reste néanmoins confiante. A la lumière des huit années d’existence des produits Afrisofts Michel Stouvenel conclut :  » Nous sommes globalement fiers d’avoir lancé un produit 100% africain, qui est souple et qui s’adapte en permanence aux besoins de l’entreprise « .

Voir le site