Des incendies ravagent le nord de l’Algérie

Le pays brûle. C’est le sentiment qui se dégage devant cette coulée de flammes qui embrasent les forêts. Les incendies qui se répandent tels une traînée de poudre ont atteint le paroxysme de leur incandescence hier en début de soirée, dans la wilaya de Tizi Ouzou, où ils ont emporté quatre personnes.

Il s’agit d’une femme d’une trentaine d’années et de ses deux enfants qui seront retrouvés littéralement carbonisés. Sa maison située au village de Bouassem, dans la commune de Beni Zmenzer, à une quinzaine de kilomètres au sud de Tizi Ouzou, a été ravagée par les flammes. La quatrième victime est un homme dans les 45 ans, du village d’Ath Anane, un volontaire qui se verra pris dans un piège de feu. D’autres blessés ont été signalés, ils ont été évacués vers la polyclinique de Beni Douala, selon notre correspondant à Tizi Ouzou. Impossible de fermer l’œil ! » Cette phrase revenait hier sur toutes les lèvres des personnes non équipées d’un climatiseur. Au moins 42° à Alger, ce mercredi. Sonelgaz nous apprend, en parlant de clim, que la consommation nationale d’énergie électrique a enregistré un pic, ce 28 août au soir avec 5885 mégawatts, soit 400 MW de plus que le record 2006. Un chiffre qui s’explique par le recours massif à l’air conditionné pour atténuer un tant soit peu cette insoutenable chaleur caniculaire.

Mais au-delà du malaise physique et des désagréments en tous genres causés par cette envolée du mercure, le drame, le vrai, ce sont les feux de forêt qui ravagent inexorablement une bonne partie du tissu végétal national, et qui emportent, désormais, même les hommes. Le ciel d’Alger était jaune hier, et plusieurs témoignages parlent de « pluie de cendres » observée durant la nuit de mardi à mercredi, rendant l’atmosphère irrespirable. A Blida, le tableau est plus sombre encore. La ville des Roses était noire et la montagne crachait le feu. Une équipe d’El Watan partie sur les hauteurs de l’Atlas blidéen ravagé par les flammes est revenue avec des images sentant le soufre. D’autres wilayas vivent la même fournaise : Béjaïa, Jijel, Tizi Ouzou, Aïn Defla, Boumerdès, Tipaza. En Kabylie, les incendies font rage, particulièrement depuis la « bataille de Yakouren » et son lot d’incendies « de guerre ».

Un total de 74 foyers d’incendie

Quelque 28 foyers d’incendie au total ont été enregistrés dans la wilaya de Tizi Ouzou, rapportent nos correspondants. A l’est du pays, les wilayas de Annaba, Guelma et El Tarf ont enregistré 36 foyers d’incendies en 48 heures. La wilaya d’El Tarf, dont le massif forestier est très boisé, a connu un record avec 18 foyers à elle seule, rapporte l’APS. La wilaya de Batna est également au nombre des régions les plus affectées. Au total, pas moins de 74 foyers d’incendie répartis sur 19 wilayas, précise un premier bilan de la direction générale des forêts repris par l’APS. Quelque 21 000 ha de forêt ont été en proie aux flammes durant ces quatre derniers jours à travers le territoire national, affirme Mohamed Seghir Noual, responsable de la protection de la faune et de la flore à la DGF, avant d’ajouter que les services de la direction des forêts ont enregistré près de 1204 foyers d’incendie depuis le début de l’été. Et de souligner que « la canicule exceptionnelle de ces deux dernières journées a augmenté le risque de départs de feu ». « Il s’agit d’une situation exceptionnelle que nous gérons normalement », tente de rassurer le même responsable avant de lancer un appel à la vigilance à l’adresse des citoyens.

Pour louable qu’il est, ce volontarisme n’en est pas moins impuissant, on le craint fort, face à l’indigence de nos moyens et l’incongruité de nos plans Orsec en cas de scénario « à la grecque », à Dieu ne plaise. A ce propos, le groupe parlementaire du parti Ennahda n’a pas eu tort d’interpeller le gouvernement, par le biais de deux ministres, en l’occurrence MM. Zerhouni et Barkat, pour agir vite et diligenter une enquête avant que le feu n’entame tout, ceci dans un pays riche et qui manque de Canadairs.

Mustapha Benfodil, pour El Watan