Des familles nigérianes intentent un procès à Pfizer

Plusieurs familles nigérianes ont intenté un procès à la firme pharmaceutique Pfizer pour la mort de 11 enfants et pour les dégâts cérébraux subis par 30 autres. La firme a testé un antibiotique très puissant contre la méningite, Trovan, au nord du Nigeria en 1996.

De nombreuses familles nigérianes ont porté plainte, mercredi dernier, contre la firme pharmaceutique Pfizer devant une Cour américaine, à Manhattan. Elles reprochent à la firme d’avoir tué 11 enfants et causé des dégâts cérébraux à 35 autres en expérimentant un antibiotique, baptisé Trovan, contre la méningite, au Nigeria. En 1996, au plus fort de l’épidémie de méningite qui a fait près de 15 000 morts au Nigeria, le groupe pharmaceutique a expérimenté ce médicament sur 200 enfants dans la région de Kano, au nord du Nigeria. Selon les familles nigérianes, cette expérience a coûté la vie à onze d’entre eux.

Trovan, le médicament assassin

Les parents de sept victimes de cette expérience malheureuse ont décidé de citer Pfizer en justice . C’est le  » Washington Post  » qui a révélé cette affaire. Selon ce journal cité par  » Nigeria Daily  » la firme pharmaceutique n’a pas eu l’approbation du Comité d’éthique médical nigérian, comme l’exige la loi américaine. Pfizer avait annoncé, il y a quelques mois, son intention de coopérer entièrement avec les autorités nigérianes pour régler cette affaire à l’amiable et indique que ce médicament a guéri de nombreux enfants. Devant le silence observé depuis par Pfizer, les familles nigérianes ont préféré saisir la justice américaine.

Le Trovan, connu aussi sous le nom de Trovafloxacin, a été validé par les autorités médicales américaines en 1997 pour traiter une large variété d’infections. Cependant, ce médicament, administré oralement, a des effets secondaires très nocifs pour le foie et son utilisation a été très restreinte en 1999.