Des dizaines de migrants noyés : la Libye menace d’ouvrir ses frontières avec l’Europe

Près de 36 personnes sont mortes et 42 sont encore portées disparues après le naufrage d’une embarcation au large des côtes libyennes, a annoncé la marine du pays, ce dimanche. Le gouvernement a menacé de faciliter le transit de migrants avec l’Europe si aucune aide ne lui était apporté.

Un nouveau naufrage a fait des dizaines de morts selon la marine libyenne, ce dimanche, au large des côtes de Libye. Le bilan annoncé de 36 morts est encore provisoire. Le gouvernement a menacé de laisser passer les migrants si l’Europe ne l’aidait pas à contenir les tentatives de traversées des clandestins qui se multiplient.

42 personnes sont portées disparues

« L’embarcation a coulé à 4 kilomètres au large de Garabulli (à 50 km à l’est de Tripoli). Nous avons pu sauver 52 migrants de différentes nationalités africaines. 36 corps ont été repêchés jusqu’ici, dont 24 aujourd’hui », a déclaré le porte-parole de la marine italienne, le colonel Ayoub Kassem, selon l’AFP. Il précise que 42 personnes sont encore portées disparues.

L’embarcation naviguait avec 130 migrants à son bord d’après le témoignage des rescapés. Ils étaient originaire majoritairement du Mali, du Sénégal, de la Gambie, du Cameroun et du Burkina Faso.

La Libye menace l’UE d’ouvrir ses frontières

Devant cette nouvelle tragédie, le ministre libyen de l’Intérieur, Saleh Mazek a menacé les pays de l’Union européenne de laisser passer les migrants et d’ouvrir ses frontières en direction de l’Europe, si l’institution ne l’aidait pas dans sa tâche. « Je mets en garde le monde, et l’UE en particulier: s’ils n’assument pas leurs responsabilités, la Libye pourrait faciliter le transit de ce flot » d’immigrés a indiqué Saleh Mazek, ce samedi, au cours d’une conférence de presse.

Le gouvernement a ensuite relativisé les propos de ce ministre en soulignant sa volonté de lutter contre l’immigration clandestine. Il a ensuite indiqué que la Libye allait « continuer à collaborer avec tous les pays concernés en particulier l’Italie pour limiter l’affluence des migrants ». Le pouvoir libyen a ajouté qu’il respectait toujours les traités et les accords internationaux en vigueur dans le domaine de la lutte contre l’immigration clandestine.

La Libye fait face à une augmentation du flux de clandestins au départ vers l’Europe ces dernières semaines, attirés par la météo favorable pour la traversée de la méditerranée. Près de 22 000 migrants et réfugiés ont débarqué sur les côtes italiennes depuis le début de l’année, dix fois plus qu’en 2013 pendant la même période, selon les autorités italiennes.