Des Cinémas pour l’Afrique

À l’occasion du Festival de Cannes, l’association Des Cinémas pour l’Afrique, créée à l’initiative du cinéaste Abderrahmane Sissako (En attendant le bonheur, Bamako), lance une campagne de souscription auprès de donateurs publics et privés et met en vente symboliquement à un prix forfaitaire des fauteuils de cinéma. Les fonds récoltés contribueront à la rénovation du Soudan Ciné à Bamako (Mali). L’association, présentée en avant-première lors de la 40e édition du
Fespaco 2009 et dont Juliette Binoche vient d’accepter ce jour la vice-présidence, a pour objectif la réouverture de salles de cinémas en Afrique.

Diverses sociétés et institutions africaines et européennes ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour le projet.

Une demande de plus en plus forte pour une offre qui disparaît

Alors que les salles représentent la condition sine qua non de l’existence d’un marché en donnant à voir le cinéma africain, elles ferment les unes après les autres malgré un public qui fait preuve d’un engouement grandissant pour l’image. On constate en effet que les séances de TV collectives, les ventes de vidéos à la sauvette et les offres de vidéosclubs ne cessent d’augmenter.

Le pari du numérique : un modèle économique et innovant pour l’Afrique

Face aux problèmes de rentabilité des salles de cinéma « classiques », l’association Des Cinémas pour l’Afrique mise sur les avantages offerts par les nouvelles technologies numériques qui permettent de réduire
considérablement les coûts d’exploitation. Elles rendent également possible le développement de nouveaux lieux culturels, consacrés non seulement au cinéma, mais aussi à la vidéo, à l’image et à la création artistique.

Un projet pilote : le Soudan Ciné à Bamako

Dans un pays où la qualité artistique est reconnue, seuls quelques écrans restent en fonctionnement. Le Soudan Ciné fermé depuis 14 ans, était jadis un haut lieu de diffusion du cinéma en Afrique de l’Ouest. C’est également dans ce cinéma mythique, où la foule avait l’habitude de se presser pour venir découvrir des films français, américains et asiatiques, que sont nées les vocations cinématographiques de cinéastes maliens de renom. Les installations du Soudan Ciné, laissées en l’état, ont été vendues par le gouvernement au groupe malien Tomota qui s’est engagé à y maintenir l’activité cinématographique.

Une étude sur l’état des lieux de la diffusion cinématographique en Afrique a été menée en 2008, suivie d’une étude de faisabilité achevée début 2009. Ces travaux ont permis de déterminer les modalités de fonctionnement de l’équipement culturel et les conditions de réussite de ce projet.

Une architecture ambitieuse et des équipements de pointe

Pour définir les nouveaux contours du Soudan Ciné, l’association Des Cinémas pour l’Afrique a fait appel à une équipe d’architectes spécialisée dans la rénovation de cinémas à l’international (Cinémathèque de Tanger, Cinéma de Kaboul en Afghanistan, à Madagascar….). Elle prévoit d’intégrer une salle de spectacle polyvalente
permettant d’accueillir des projections numériques (2k), des spectacles ainsi qu’un bar et un espace de restauration. Par ailleurs, cette infrastructure sera dotée des équipements les plus modernes pour accueillir conférences, séminaires d’entreprises et visioconférences dans le cadre de coopérations internationales.

Un nouveau lieu de programmation artistique pluridisciplinaire

Le Soudan Ciné sera consacré au cinéma (cinémas d’auteurs et cinéma populaire, africain, européen et cinémas du monde), mais aussi à la création artistique au sens large. Une fois rénovée, la salle rejoindra le réseau Europa Cinémas. Grâce à un programme éducatif destiné aux publics scolaires (réalisation d’outils pédagogiques, animations spécifiques, organisation de rencontres avec des professionnels, ateliers…), l’ouverture du Soudan Ciné permettra de sensibiliser la jeunesse malienne et de former les cinéphiles de demain.

Le projet envisage de faire du Soudan Ciné un espace de vie, avant et après la projection, un lieu culturel dans la ville, susceptible de s’associer aux grands événements culturels de Bamako.

Une nouvelle structure culturelle créatrice d’emplois locaux

Ce nouvel espace sera animé par une équipe malienne. Des jeunes seront recrutés localement et bénéficieront de formations spécifiques pour la gestion et le développement de la structure, pour l’animation culturelle et cinématographique.

Plus d’informations sur le site Des cinémas pour l’Afrique