Des centaines de Camerounais forcés de quitter la Guinée équatoriale

De source consulaire, de mercredi à vendredi dernier, trois contingents de Camerounais de retour de Guinée équatoriale ont été conduits par le deuxième secrétaire du consulat du Cameroun à Bata, capitale de la Guinée équatoriale. Près d’un millier de Camerounais ont déjà quitté le pays depuis la fin du mois de mai. De nombreux autres ressortissants africains ont dû également plier bagages.

Notre correspondante au Cameroun

Plus de 900 Camerounais se sont enregistrés au consulat pour un retour volontaire. Cette décision fait suite à une note du Ministère guinéen en charge des Relations extérieures qui invitait tous les étrangers en situation irrégulière à effectuer des démarches pour des retours volontaires afin d’éviter des ennuis avec la justice ou alors à se mettre en conformité avec la loi dans un délai de 15 jours. Passé ce délai, des rafles systématiques devaient être organisées pour « traquer les contrevenants.»

Compte tenu de la difficulté d’obtenir une carte de séjour en Guinée équatoriale et pour éviter la chasse à l’homme de 2007 et 2004, de nombreux étrangers ont préféré retourner dans leur pays. Selon le sous-préfet de Kye-Ossi, Vincent Mbita Obame, 307 Camerounais ont été rapatriés le 1er juin dernier et une quarantaine était également annoncée ce jour. Parmi les refugiés de Kye-Ossi, à la frontière commune Cameroun-Guinée équatoriale, on retrouve également des Ivoiriens, des Maliens, des Congolais…

Une situation préoccupante

Le ministre des Relations extérieures, Henri Eyebe Ayissi, a été dépêché le week-end dernier en Guinée équatoriale par le président de la Republique pour s’enquérir de la situation de ses compatriotes dans ce pays voisin, frère et ami. De retour au Cameroun, le ministre aurait eu une séance de travail avec M. Paul Biya. Cependant, la situation n’a guère évolué, de nombreux Camerounais et autres étrangers de Bata restent réunis au consulat du Cameroun en Guinée équatoriale, en attente « d’un retour volontaire ».

La situation des étrangers en Guinée équatoriale est de plus en plus préoccupante. On se rappelle qu’en 2004 déjà, plus 1000 Camerounais avaient été expulsés de ce pays voisin lors d’une opération « de contrôle de clandestins » après une rumeur faisant état d’une tentative de putsch dans ce pays voisin du Cameroun. Les relations entre les deux pays se sont normalisées après la visite du président Obiang Nguema Mbasogo le 26 mars. Quelques années plus tard, en décembre 2007, 80 Camerounais avaient été expulsés après une attaque de banques en Guinée équatoriale. Le gouvernement camerounais avait envoyé un avion pour rapatrier les Camerounais en situation difficile. Un geste qui avait été fortement apprécié par l’ensemble des Camerounais. Depuis l’annonce des « retours volontaires », la réaction de la présidence de la République du Cameroun est attendue et les questions relatives à l’intégration sous régionale en Afrique centrale sont plus que jamais d’actualité.