Des billets vice, mais pas versa

La Banque centrale vient de créer des « chèques au porteur ». Sortes de billets de banque, mais imprimés d’un seul côté et sans système d’authentification. Une nouvelle mesure temporaire destinée à lutter contre la crise monétaire. Mais entre surconsommation forcée et contrefaçon, les effets pervers se font déjà sentir à Harare.

Des billets imprimés d’un seul côté. Voilà la dernière trouvaille du gouvernement zimbabwéen pour faire face à la pénurie de billets de banque dans le pays. La Banque centrale émet ainsi, depuis fin septembre, des « chèques au porteur » de 5 000, 10 000 et 20 000 dollars zimbabwéens (ZWD), coupures ressemblant aux billets classiques, à la différence qu’ils ne sont imprimées que sur une face et « sur du papier de qualité médiocre, sans filigrane », précise Le Monde. Cette mesure de redressement temporaire est destinée à doubler la masse monétaire du Zimbabwe, en proie à une crise économique sans précédent. Les limites du système se font déjà ressentir : incitation à la consommation et contrefaçon.

Les « chèques au porteur » sont uniquement disponibles dans les banques, après identification de l’acquéreur. Un procédé qui permet de suivre à la trace qui achète quoi. Autre avantage, avec les grosses « coupures », les Zimbabwéens n’ont plus à payer leurs courses avec un panier rempli de billets. Triste conséquence des dévaluations records et successives de la monnaie nationale, conjuguées à la hausse vertigineuse de l’inflation (selon des spécialistes, elle tournait autour de 1 000% en juillet dernier). Par contre, ils doivent affronter d’autres problèmes. « Les vendeurs forcent les clients à acheter plus parce qu’ils ne peuvent pas rendre la monnaie sur de si fortes sommes d’argent », explique-t-on au Congrès zimbabwéen des syndicats (ZCTU). Preuve de l’extrême détérioration du système monétaire.

A peine imprimé, déjà contrefait

Autre effet pervers : la contrefaçon. Ces « chèques au porteur » de fortune facilitent le travail des faussaires. « Il n’est pas impossible que certains essayent de les imiter compte tenu de leur mauvaise qualité », reconnaît-on à l’ambassade du Zimbabwe en France. Pas impossible, et même certain. « Les faux-monnayeurs sont déjà à pied d’œuvre pour écouler leurs faux », souligne-t-on au ZCTU.

Fin juillet, le gouvernement avait annoncé la création d’une coupure de 500 ZWD et décidé d’avancer celle d’un billet de 1 000 ZWD pour redresser la situation économique catastrophique du pays. Ces billets font bien pâle figure face aux chèques en cours. Reste à savoir si, malgré ses désavantages, cette monnaie temporaire permettra de sortir de la crise. Mais le taux d’inflation exorbitant (de 400% officiellement) risque de faire de cette mesure provisoire une nécessité permanente. Le remède se révèlera sans doute pire que le mal, car il ouvre la porte à la contrefaçon massive sans que le pouvoir puisse intervenir.

Lire aussi :

 Le Zimbabwe à court de liquidités

 Le Zimbabwe n’imprime plus