Des Africains à la mairie de Paris

Les portes de l’Hôtel de ville s’entrouvrent pour les Africains parisiens. Algériens, Camerounais ou Maliens, jusque là citoyens de seconde zone dans la capitale française, vont enfin avoir voix au chapitre. La mairie leur fait une place… en attendant le droit de vote.

 » Ca fait 21 ans que j’habite à Paris ! Bien sûr, je suis de nationalité tunisienne, mais je travaille, je cotise et je vis ici ! Alors pourquoi est-ce que je ne participerais pas à la vie locale ? « , s’exclame joyeusement Zina Ouertani. Samedi 12 janvier, cette auxiliaire aux personnes âgées passera pour la première fois les portes de l’Hôtel de ville. Sa candidature a été retenue : elle fera partie des 90 membres du Conseil de la Citoyenneté des Parisiens non Communautaires qu’inaugurera le maire, Bertrand Delanoë.  » J’allais souvent aux réunions de la mairie de mon arrondissement et c’est comme ça que j’ai appris que la mairie de Paris mettait en place ce Conseil « , se réjouit Zina. Seul grain de sable : elle ne sait pas encore vraiment ce qu’elle sera appelée à faire là-bas.  » Au moins, ça va me permettre de rencontrer des gens comme moi… « , hasarde-t-elle.

Naissance d’une petite révolution

Effectivement, le Conseil de la citoyenneté des Parisiens non-communautaires en est à ses balbutiements.  » Les modalités de fonctionnement seront fixées en concertation avec les membres du Conseil. Ce n’est pas à la mairie de fixer des règles, de façon arbitraire « , s’explique Khedidja Bourcart, adjointe au maire chargée de l’intégration et des étrangers non-communautaires (non membres de l’Union européenne). Définir son agenda sera donc la première tâche de ce Conseil inédit. Une certitude, son rôle sera consultatif : il pourra interpeller et conseiller le conseil municipal sur tous les thèmes de la vie politique locale qui lui semblent importants.

Et Zina Ouertani n’a pas tort de penser qu’elle pourra y rencontrer  » des gens comme elle « . Les 90 membres qui le composent sont des Parisiens de 36 nationalités différentes, mais plus de la moitié d’entre eux sont originaires d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne.  » Nous avons tenu à ce que les membres du Conseil soient représentatifs, de par leurs origines, des ressortissants non-communautaires qui habitent à Paris « , expose Khedidja Bourcart. Résultat : avec 14 représentants, les Algériens sont les plus nombreux, suivis de près par les Marocains, les Tunisiens, les Maliens et les Camerounais. Parité oblige : on trouvera dans le conseil un peu plus de femmes que d’hommes. Les origines sociales, elles, ont été sélectionnées pour leur disparité : du chômeur à l’énarque, de l’ouvrier au conseiller juridique.

Les chemins de la reconnaissance

 » Cette initiative s’inscrit dans une dynamique qui va dans le sens du droit de vote des étrangers extra-communautaires aux élections municipales « , assure Khedidja Bourcart. L’adjointe au maire, qui travaille sur ce sujet dans le cadre de l’Europe, rappelle d’ailleurs que ce droit est déjà acquis depuis longtemps pour les étrangers résidents en Suède ou aux Pays-Bas. Si l’Assemblée Nationale s’est prononcée en sa faveur en juin dernier, il n’a cependant pas été agréé par le Sénat.

 » Les 170 000 Parisiens de nationalité extra-européenne sont des Parisiens comme les autres, ils ont droit à la même reconnaissance « , répète Khedidja Bourcart. Elle espère que le Conseil saura convaincre, par ses actions, de la nécessité de l’intégration des étrangers dans la vie locale.  » Nous sommes condamnés à réussir « , conclut-elle.