(Dés)accord agricole avec l’UE : quand la Belgique soutient le Maroc

La Belgique a réaffirmé son soutien à la position du Maroc à l’égard de l’arrêt du tribunal de l’Union Européenne relatif à l’application de l’accord agricole.

Le Premier ministre belge, Charles Michel, a réaffirmé, lundi à Rabat, le soutien de son pays à la position marocaine à l’égard de l’arrêt du tribunal de l’Union Européenne (UE) relatif à l’application de l’accord agricole.

Dans un communiqué, la primature belge a précisé que lors d’une entrevue avec le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, le Premier ministre belge, qui effectue une visite de travail et d’amitié au Maroc, a fait part de la volonté de son pays d’œuvrer pour surmonter cette situation.

Les deux chefs de gouvernement ont saisi l’opportunité de ce tête-à-tête pour insister sur la qualité des relations séculaires liant les deux royaumes fondées sur l’estime et le respect mutuels. Faisant ainsi part de leur ambition de renforcer les relations de coopération bilatérale dans les différents domaines, en particulier ceux ayant trait au développement des énergies renouvelables, aux techniques de protection de l’environnement, aux techniques agricoles, à la formation professionnelle et à d’autres secteurs prometteurs présentant d’importantes perspectives de partenariat.

Le locataire de la Primature belge a notamment insisté sur l’intérêt particulier accordé par son gouvernement au processus de réformes importantes engagées par le Maroc dans les domaines politique, économique et social dans un cadre de stabilité et de sécurité ayant fait du royaume chérifien un modèle distingué dans la région.

Le Maroc avait annoncé la suspension de ses relations avec les institutions de l’Union Européenne suite à la décision de la Cour de justice de l’UE (CJUE) d’annuler l’accord commercial sur les produits agricoles conclu en 2012 avec le royaume chérifien.