Dernier jour de campagne au Sénégal

Près de 5,3 millions de Sénégalais sont appelés aux urnes ce dimanche pour départager le Président Abdoulaye Wade, 86 ans, et son ancien Premier ministre, Macky Sall, 50 ans. Récit d’une dernière journée de campagne.

Au Sénégal, la campagne électorale s’est achevée ce vendredi à minuit. À la veille du scrutin, les résultats du premier tour placent « l’élève » dans une position plutôt confortable face à son ancien « maître ». Fort du soutien de l’ensemble des candidats malheureux, Macky Sall devrait en théorie bénéficier de 65% des suffrages. Hanté par le syndrome « Abdou Diouf », Abdoulaye Wade se démène depuis quinze jours pour convaincre les nombreux abstentionnistes, contrarier les reports de voix et draguer les grands électeurs afin de ne pas connaître le même sort que son prédécesseur, défait lors de la seule élection à deux tours de l’histoire du pays. Pour cet entre-deux tours, le Président a misé sur une campagne de proximité délaissant les grands rassemblements au profit de caravanes et de rencontres avec des chefs religieux, des notables et des associations. Wade veut renouer ainsi avec la tradition des « marches bleues » qui l’avaient porté au pouvoir en 2000.

Ce vendredi, Abdoulaye Wade a clôturé sa campagne avec ce qu’il appelle modestement une « balade de la victoire ». Parti vers midi du palais présidentiel, il sillonne les rues de la capitale sénégalaise pendant huit heures à la rencontre des populations. La longue file de véhicules 4×4 s’avance sur l’avenue Faidherbe puis se dirige vers le rond-point Petersen, avant d’emprunter les allées du Centenaire et de gagner les quartiers de Colobane et leurs HLM. Semble-t-il émerveillé par des meubles exposés sur un parking, le Président, cité par l’Agence sénégalaise de presse (APS), se félicite et déclare que « cela montre que le niveau de vie des Sénégalais a changé » grâce à l’Alternance. « La pauvreté a été chassée au Sénégal, affirme-t-il un peu plus loin à des habitants du quartier de Castors. Mais, je ne nie pas qu’il existe quelques poches dans certaines grandes villes. Je m’en occuperai après les élections ». Au Point E, son quartier, il se rappelle au bon souvenir de ses voisins et les invite à voter pour lui dimanche. Le 26 février dernier, Wade avait été copieusement hué et battu dans son propre bureau de vote… La caravane met ensuite le cap sur les quartiers de Grand Dakar et de Niarry Tally. Le scrutin de dimanche, assure Abdoulaye Wade, se fera « dans la transparence et la démocratie ».

L’élève face au maître

En position de force, son challenger Macky Sall a lui pris bien soin de mettre en scène l’unité de l’opposition. Le « Tous sauf Wade » a laissé place à une nouvelle coalition dénommée « Benno Bokk Yaakaar » ou Rassemblement des forces du changement. Accusé par certains au sein du M23 de faire cavalier seul au début de la campagne, le maire de Fatick joue désormais collectif et promet de gouverner avec ses alliés. Tout au long de cet entre-deux tours, il est apparu aux côtés des douze candidats malheureux. Après Cheikh Bamba Dièye à Saint-Louis, Moustapha Niasse à Kaolack, Ousmane Tanor Dieng à Mbour, Macky Sall s’est offert un bain de foule à Thiès jeudi avec Idrissa Seck, son meilleur ennemi.

Ce vendredi, toute l’opposition s’est réunie lors d’un grand meeting à Diamalaye. Youssou Ndour, dont la candidature avait été écartée par le Conseil constitutionnel et qui a activement battu campagne pour Macky Sall, est là aussi. Les jeunes du mouvement « Y en a marre » grimpent sur scène et entonnent leur dernier titre « Doggali » (« achever » en wolof). Macky Sall prend ensuite la parole. « Notre pays, explique-t-il, a besoin d’un projet novateur pour asseoir définitivement une démocratie moderne. N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui annoncent le chaos après eux ». Le maire de Fatick affirme vouloir en priorité « satisfaire la demande sociale » et invite les populations à « sortir le sortant ». Puis, se disant au courant « des manigances en cours » et citant le nom du Directeur de la radiotélévision sénégalaise (RTS, publique), Macky Sall met en garde son rival. « La défaite du Président Wade est inévitable, nous n’accepterons pas qu’il confisque les suffrages des Sénégalais, tonne l’ancien Premier ministre. Notre victoire est là ! Elle est manifeste, elle est massive ! » Alors qu’un coup d’Etat au Mali voisin est venu tristement rappeler la fragilité des démocraties sur le continent, le second tour de l’élection présidentielle sénégalaise sera particulièrement observé.

Lire aussi :

 Sénégal : les sept erreurs d’Abdoulaye Wade

 Sénégal : Macky Sall en tête du premier tour en Île-de-France