Démantèlement d’un trafic de drogue dirigé par une togolaise à Londres

14 suspects d’un réseau international de trafiquants de drogue dirigé par une togolaise nommée Yoyo vient d’être démantelé à Londres, a appris Afrik.com mercredi, auprès des autorités judiciaires Lyonnaises, en France.

Notre correspondant à Lomé

« Tout a commencé par la saisie de quelques kilos de cocaïne d’une pureté très importante estimée à 95%. C’est cette saisie initiale faite par les douaniers qui nous a permis d’établir tout un circuit, avec la tête du réseau se trouvant à Londres », a expliqué M. Claude Catto, le directeur interrégional de la police judiciaire de Lyon.

Il a ajouté que c’est un réseau qui s’organise à partir de l’Afrique de l’Ouest, le Benin surtout. « La marchandise » transite par les aéroports de Casablanca, Lyon puis Londres. Tout cela pour brouiller les pistes, et ne pas laisser s’imaginer que la marchandise provenait directement d’Amérique du Sud, précise la même source. La cocaïne passait par le Benin avant de remonter vers l’Europe via Casablanca (Maroc).

Le démantèlement du réseau a été possible grâce à la collaboration des polices belge, britannique et française pour identifier tous les intermédiaires. Le réseau utilise la technique de « mules », c’est-à-dire un certains nombre d’individus qui ont la particularité d’être tous à peu près originaires d’une même ville en Belgique.

« La drogue est dissimulée dans des valises à double fonds pour échapper à la vigilance des douaniers », a expliqué le Directeur interrégional de la police judiciaire de Lyon. M. Catto a indiqué que ces « mules » touchent des revenus estimés entre 4 et 10 000 euros en fonction du voyage accompli. Un kilo de cocaïne pure est estimé à 45 000 euros (29. 500 000 FCFA environ).

Yoyo a été arrêtée et transférée à Lyon où elle sera jugée. Les autres complices seront jugés en Belgique.

 Le trafic de cocaïne en forte croissance en Afrique de l’Ouest

 Coopération entre l’UE et l’Afrique pour contrer le trafic de drogue