Délestron, l’anti-héros ivoirien en guerre contre les délestages

Muni d’un masque et de simples bottes, Délestron est loin de l’image modèle des super-héros. Au lieu de rétablir l’électricité, le personnage créé en janvier 2013 par le dessinateur ivoirien Charles Dadié, la coupe à tout moment, mettant en colère la population d’Abidjan. Ce que cette dernière ignore, c’est que Delestron coupe le courant pour l’inciter à trouver des solutions contre les délestages par ses propres moyens au lieu d’attendre des solutions du gouvernement, sans effet.

Charles Dadié nommé aussi affectueusement « Chabado » est un publicitaire ivoirien. Agé de 37 ans, il a toujours été passionné par le dessin. C’est d’ailleurs ce qui le pousse à effectuer ses études à l’école des beaux-arts d’Abidjan, où une fois son diplôme en poche, il avait prévu de réaliser des bandes-dessinées. Mais la conjoncture économique et le manque de débouchés dans sa filière ne lui ont pas permis de faire de sa passion son métier. Il se reconvertit alors dans le domaine de la publicité et travaille pour une entreprise privée ivoirienne. Jusqu’à ce que Délestron entre dans sa vie. Le succès du super héros ivoirien dans toute l’Afrique de l’ouest, notamment au Burkina Faso… l’incite à se consacrer davantage à ce qu’il a toujours aimé faire : dessiner.

Afrik.com : Qui est Delestron?

Charles Dadié :
Délestron est un super héros qui vient couper le courant. Il peut le faire à tout moment, lorsque les gens regardent la télé, un film, une série, un match de football. Il vit pour le moment essentiellement à travers les réseaux sociaux comme Facebook, où il dispose de sa page, qui compte environ 70 000 vues en moyenne.

Afrik.com : Comment avez-vous eu l’idée de le créer?

Charles Dadié :
En 2011, il y a eu une grande campagne publicitaire sur les solutions qu’on pouvait utiliser pour lutter contre les délestages à Abidjan. Mais quelques temps après cet événement qui était censé réduire les délestages, les coupures de courant sont devenues encore plus récurrentes. Je me suis alors dit que ce n’était pas la solution pour attirer l’attention sur ce problème. C’est comme ça que j’ai décidé alors de créer Délestron, car j’estimais que l’idée de mettre en action un personnage comme lui était plus pertinente qu’une campagne publicitaire.

Afrik.com : Délestron est un héros bien atypique. Il ne sauve pas des vies, n’aide pas les populations, ne rétablit pas le courant, mais le coupe au contraire.
_ Charles Dadié :
C’est vrai je le reconnais, ça peut paraître bizarre qu’il coupe le courant au lieu de le rétablir. Mais il le fait pour attirer l’attention sur les problèmes que l’ont vit au quotidien dans des pays comme la Côte d’Ivoire où les coupures de courant sont fréquents. A travers le personnage de Délestron, je voulais marquer les esprits sur cette question cruciale pour le développement du continent africain.

Afrik.com : Quel est le véritable but de Délestron?

Charles Dadié :
L’objectif de Délestron est donc d’attirer l’attention des gens sur ce fléau. Il veut ainsi marquer les esprits. Délestron estime que plutôt d’aller en soirée le samedi soir ou de regarder la télévision, les gens peuvent s’asseoir pour réfléchir à des solutions qu’ils peuvent utiliser contre les délestages. Délestron veut que les gens réfléchissent sur les problèmes que cause le manque d’électricité. En réalité il leur veut du bien même si eux pensent le contraire. Il veut qu’ils prennent des initiatives pour sortir de leurs tracas, plutôt que d’attendre que le gouvernement leur promette des choses qu’il ne fera jamais.

Afrik.com : Pourquoi avez-vous choisi de le masquer?

Charles Dadié :
Couper le courant ce n’est pas très plaisant pour les gens. Il est donc obligé de se masquer pour protéger son intégrité. Et le masque permet d’entretenir l’intrigue et le mythe autour de lui. Il est habillé de façon simple avec seulement des bottes. Vous savez, c’est un super-héros africain, il n’a pas les mêmes moyens que les super-héros américains comme Batman, Superman ou encore Spiderman qui ont des costumes somptueux! Lui, il fait avec les moyens du bord (rires).

Afrik.com : Quels sont les projets de Délestron? Sortira-t-il en dessin-animé?

Charles Dadié :
Oui, le projet du dessin-animé est en cours. Mais pour le moment, nous travaillons sur la bande-dessinée qui sortira dans un mois. Je travaille sur ce projet avec six personnes. En attendant, je continue à alimenter la page Facebook de Délestron avec des petites anecdotes drôles concernant son quotidien.

Afrik.com : De quoi va parler le tome 1 de la bande-dessinée?

Charles Dadié :
Ça c’est une surprise (il rit). Non plus sérieusement, Délestron restera égale à lui-même. Il va continuer à couper le courant chez les gens. Quand la population se rendra compte que le gouvernement ne prend aucune mesure pour mettre fin aux délestages, elle va décider de combattre Délestron. Et au fur et à mesure, elle va se rendre compte que Délestron est en réalité de son côté et ne lui veut que du bien.