Dégel franco-ivoirien

Le Président ivoirien Laurent Gbagbo rencontre, ce jeudi, son homologue français Jacques Chirac. L’occasion pour les deux hommes de se rapprocher et de faire un état des lieux de l’application des Accords de Linas-Marcoussis, signés en janvier 2003, pour mettre fin à la crise politico-militaire qui divise le pays depuis un an et demi.

Enterrer les haches de guerre. C’est, semble-t-il, l’objectif principal de la visite du Président ivoirien Laurent Gbagbo en France. Arrivé dans l’Hexagone mardi, il s’entretiendra avec son homologue français Jacques Chirac ce jeudi. Ce déplacement permettra à Abidjan de se rapprocher de Paris, avec qui les relations s’étaient détériorées ces derniers mois. Les discussions devraient être principalement axées sur l’application des Accords de Linas-Marcoussis, signés le 24 janvier 2003 pour mettre fin aux troubles politiques et militaires qui déstabilise le pays depuis le 19 septembre 2002.

Normalisation

Le fragile réchauffement diplomatique avec la France s’est réellement amorcé avec la condamnation à 17 ans de prison ferme, le 22 janvier dernier, du sergent Séri Toulou Dago Théodore, reconnu coupable du meurtre de Jean Hélène, journaliste à Radio France Internationale. Un procès expédié en trois jours pour un crime qui découlait, pour certains, du fort climat anti-français qui règne dans le pays. Pointés du doigt notamment, les violentes manifestations et les articles au vitriol de quelques médias ivoiriens, contre l’ancienne puissance coloniale.

Autre signe du dégel des relations, la visite, dimanche à Abidjan, du ministre français des Affaires Etrangères, Dominique de Villepin. Durant cette visite, destinée à préparer le terrain pour le face à face avec le Président Chirac, le chef de la diplomatie a félicité Laurent Gbagbo pour « sa détermination à aller vers la paix ». Au titre des efforts, la multiplication des gestes de bonne volonté pour assurer le retour au gouvernement, en décembre dernier, des ex-rebelles, qui le boycottaient depuis trois mois. Ils estimaient notamment que le Président ivoirien bloquait l’application des Accords. Ce dernier a, par la suite, mis de l’eau dans son vin, ce qui a rétabli le fonctionnement normal du gouvernement de transition.

Renforcer le processus de paix

Lors de son tête à tête avec le Président Gbagbo, Jacques Chirac devrait insister sur la « nécessité de poursuivre la dynamique intégrale des Accords de Marcoussis », explique-t-on à la Présidence de la République. C’est d’ailleurs l’un des facteurs déterminants pour que l’envoi de casques bleus par l’Organisation des Nations Unies (Onu) soit accepté.

La force onusienne prêterait main forte aux 4 000 soldats français de l’opération Licorne et aux 1 400 hommes de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), chargés de maintenir l’ordre sur le territoire ivoirien. « Cette opération permettra d’appuyer la phase concrète des Accords (de Marcoussis, ndlr), c’est-à-dire la mise en œuvre du désarmement et de la démobilisation des ex-forces militaires et des milices, l’accompagnement du retour du service public sur tout le territoire ivoirien et la préparation des futures élections dans ce pays », a déclaré, il y a une semaine devant l’Assemblée nationale française, Dominique de Villepin. Ce déploiement, qui fait actuellement l’objet de discussions au Conseil de sécurité, semble indispensable pour obtenir une stabilisation durable de la paix. La réponse de l’institution onusienne devrait tomber dans les semaines qui viennent.