Décès du journaliste ivoirien Diégou Bailly

Une icône de la presse écrite ivoirienne vient de disparaître. Le journaliste Diégou Bailly est décédé dimanche en Tunisie où il s’était rendu pour se soigner. Diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, il a été l’une des figures de proue de l’émergence d’une presse indépendante en Côte d’Ivoire. Il a entre autres été le directeur de publication du quotidien indépendant « Le Jour ». Président du CNCA jusqu’à son décès, il fut également un brillant écrivain qui allia richesse et génie dans ses ouvrages, rapporte Abidjan.net. « Secret d’Etat », édité en 1985 par CEDA, « Hérémakono » édité en 2006 actuellement sur les planches au Palais de la culture « La réinstauration du multipartisme en Côte d’Ivoire, ou la double mort d’Houphouët-Boigny », édité en 1995, aux éditions L’Harmattan, « La fille du silence », édité en 1998, aux éditions NEI/Passerelle, figurent parmi les œuvres qui ont jalonné son parcours littéraire.