Cyril de la Star Ac : « Ma voix est une arme »

Depuis sa victoire à la Star Academy, Cyril Cinélu se concentre sur la préparation de son premier album et la tournée qu’il fera avec huit ex-candidats de l’émission de téléréalité, à partir du 17 mars. L’étudiant martiniquais, qui a fêté mardi ses vingt ans, revient pour Afrik sur certaines blessures passées et raconte comment il a fait de sa voix une arme.

Lorsque l’animateur Nikos Aliagas lui a annoncé qu’il avait remporté la Star Academy 6, Cyril Cinélu a fondu en larmes. « C’est une revanche sur le passé ! », a-t-il lancé, la voix étranglée par l’émotion. Une allusion à une adolescence qui n’a pas toujours été facile, notamment à cause des quolibets sur sa « voix androgyne ». Depuis, l’étudiant martiniquais a fait du chemin et se tourne vers son avenir professionnel. Il prépare son premier album et la tournée qu’il fera, du 17 mars au 15 juillet, avec huit ex-participants de l’émission de télé-réalité. Le jeune homme, qui a fêté ses vingt ans mardi, revient pour Afrik sur son passé et nous explique comment il a fait de sa voix un outil précieux pour se singulariser des autres chanteurs. Il remet aussi certaines choses au clair concernant certaines rumeurs.

Afrik.com : Pourquoi avoir accepté d’accorder une interview à Afrik ?

Cyril Cinélu :
J’ai su pendant la Star Academy qu’ils y avaient des Africains qui suivaient de là-bas, sur Internet, alors j’ai trouvé ça tout à fait légitime de faire un petit coucou à l’Afrique, de leur dire qu’on ne les oublie pas.

Afrik.com : Quels sont les thèmes de votre premier CD ?

Cyril Cinélu :
Ça reste assez vague. Je suis les propositions, j’essaie de voir quel univers, quelle chanson pourra mettre ma voix en valeur… C’est le plus important, tout comme ne pas m’éloigner de ce que je suis. Donc j’essaie de sélectionner les chansons dans lesquelles je me reconnais vraiment et que je pourrais défendre dans vingt ans, trente ans, quarante ans…

Afrik.com : Allez-vous écrire des textes ?

Cyril Cinélu :
Je pense que je ne suis pas prêt. Tout ne se fait pas comme ça, du jour au lendemain. Moi, je n’écrivais pas avant la Star Ac’ donc je ne me vois pas écrire pour le premier album. J’essaye de m’y mettre, je pense qu’il serait temps d’avoir des chansons et des textes à moi.

Afrik.com : Vous voulez chanter ce qui vous ressemble, ce que vous êtes. Comment vous définissez-vous ?

Cyril Cinélu :
Mon truc c’est toujours d’allier le côté plaisir avec le côté sérieux, le travail. C’est-à-dire que je ne vais pas faire uniquement des ballades, avec beaucoup d’émotion sous prétexte qu’on m’a dit pendant la Sar Academy que j’avais une émotion, que je dégageais quelque chose. Je vais essayer d’avoir le côté un peu fou-fou, festif et dynamique, sans pour autant me focaliser dessus et me baser que sur ça. Je pense que je vais faire un mix des deux.

Afrik.com : Vous êtes le premier noir à avoir gagné la Star Academy. Quel est votre sentiment ?

Cyril Cinélu :
Je n’ai pas vraiment de sentiment particulier. Je ne me suis pas dit : « Je suis le premier Noir à avoir gagné la Star Academy ». Je me suis juste dit que j’étais arrivé au bout de l’aventure. Mais c’est vrai que sans le vouloir je suis devenu le porte-parole de toute une communauté.

Afrik.com : Je vous demande cela parce qu’un ancien professeur de la Star Academy, Oscar Sisto, avait dit que les Français n’étaient pas prêts à voter pour un Noir…

Cyril Cinélu :
Cela prouve qu’on était prêts et que la société en France évolue énormément.

Afrik.com : Lorsque vous avez gagné, vous avez déclaré que c’était une « revanche sur le passé ». Pourquoi ?

Cyril Cinélu :
C’est souvent connu dans les milieux de la musique qu’il y a des gens qui nous mettent des bâtons dans les roues, des gens qui ne veulent pas qu’on avance… Donc c’est une revanche de voir que je m’en sors et que je sors victorieux de cette aventure. Mais c’est quand même le début d’une longue (aventure, ndlr) qui va commencer après. Je vais essayer de rallier un peu ce passé au présent, et de continuer avec.

Afrik.com : Quels problèmes avez-vous connus ?

Cyril Cinélu :
Une voix androgyne comme ça, ce n’est pas une voix qu’on entend tous les jours. Je pense que ça demande du temps aux gens de pouvoir découvrir un peu cet univers. Il y a un type de voix pour tel style de chanson. Pouvoir quand même apporter son univers et essayer de le mettre sur le marché français et aux Antilles, ce n’est pas facile.

Afrik.com : Votre adolescence n’a pas été facile à cause de votre voix…

Cyril Cinélu :
C’est vrai que vers 8, 10 ans on a une petite voix. Mais vers 10, 11, 13 ans, ma voix est sortie de l’ordinaire. Cela a fait parti de mon travail personnel de travailler ma voix et de me battre. Je ne me suis pas dit je vais chanter à la manière d’untel ou untel, mais à ma manière. Donc à l’âge de 14 ans j’ai beaucoup travaillé mes aigus. Au début on se pose des questions, on se dit si untel réussi dans la chanson c’est parce qu’il ou elle a sa voix. On voit bien que ceux qui imitent untel ou untel ne réussissent pas. Donc ça a été mon combat de pouvoir travailler cette différence vocale, de me dire qu’avec mes aigus je serai facilement repéré dans un casting parce qu’on se démarque beaucoup plus. Ma voix est une arme.

Afrik.com : Lorsque vous aviez une grosse émotion, dans le château de la Star Academy, vous vous exprimiez en anglais, pas en créole. Pourquoi ?

Cyril Cinélu :
C’est tout bête. J’ai une anecdote avec une jeune femme antillaise, justement, qui avais sorti « Jesus Christ ! » (prononcé avec l’accent anglais, ndlr). Ça m’avait amusé et marqué donc c’est pour ça que je le dis souvent. C’est devenu mon expression. Il y a des gens dans la rue qui me taquinent avec cette expression. C’est assez rigolo.

Afrik.com : Les Martiniquais ont beaucoup appelé le soir de la finale. Quelle a été leur réaction à l’annonce de votre victoire ?

Cyril Cinélu :
Une grande satisfaction. Mais j’ai eu des remarques de fans au niveau de la France même parce que les gens ont souvent dit que si j’avais gagné c’était parce que la Martnique était derrière moi… J’ai eu des courriers de fans et de gros coups de gueule qui disaient qu’eux aussi avaient voté en France, que ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas martiniquais qu’ils n’ont pas voté… Pour eux, c’est une insulte de dire qu’il n’y a que la Martinique qui a voté pour Cyril, donc que la Martinique a voté pour son gagnant et que la France n’a pas choisi Cyril.

Afrik.com : Corrigez-moi si c’est faux, mais j’ai lu que votre famille avait reçu des lettres peu amènes lors de votre participation à l’émission de chant antillaise Zoukamine Futurstar…

Cyril Cinélu :
Justement, ma famille n’a jamais reçu de courrier, ni de coups de téléphone. Pendant la Star Academy, mes parents ont eu des coups de téléphone parce que certaines choses ont été mal interprétées au niveau des images disant que ma famille m’avait abandonnée parce que je n’avais pas reçu de courrier. Ce qui n’était pas le cas. Ma famille a souvent reçu des appels de journalistes (entre autres, ndlr). Mais j’ai fait la Star Academy pour m’épanouir dans ce que j’aime faire, pas pour plonger ma famille dans la médiatisation.

Afrik.com : Dans une interview au magazine Public, vous avez déclarez ne pas vouloir être l’« homo de service », mais dans le magazine Gala vous dites être hétérosexuel. Pouvez-vous nous expliquer ?

Cyril Cinélu :
Le problème de Public est qu’il a enlevé un seul mot qui a fait toute la différence, toute l’ambiguïté. J’ai dit : « J’assume ma différence vocale », Public a enlevé le « vocale ». Donc les gens commencent à poser des questions. En fin de compte après, j’en ai parlé avec de nombreux candidats de la Star Academy, notamment avec Cynthia, et on a fini par se dire que la vie des gens est vraiment triste pour essayer de savoir avec qui Cyril couche, qui Cyril met dans son lit. J’estime que je suis venu montrer mon côté artistique pas dévoiler ma vie privée aux gens. Je pense que ça ne les regarde pas. Je veux garder mon intimité, je ne veux pas l’offrir toute entière au public. Avant tout je suis un être humain et j’ai une vie comme tout le monde.

Afrik.com : Pour l’expression « homo de service », c’est une erreur aussi ?

Cyril Cinélu :
J’ai eu des petites remarques de gens au sein du château qui n’étaient pas très gentilles. On m’appelait notamment Magloire et, par la suite, j’ai discuté un peu avec eux pour leur expliquer ce qui s’est passé avant et ils ont compris. Pour revenir sur cette expression (« homo de service », ndlr), c’est [le magazine] Public, donc voilà.

Afrik.com : Qu’avez-vous expliqué aux élèves du château ?

Cyril Cinélu :
Je leur ai parlé de mon enfance, de ma voix androgyne… Mais tout ça s’est passé au début. C’est normal aussi d’avoir des a priori sur les gens. On avait énormément parlé sur Cynthia, Dominique (l’autre finaliste, ndlr) et sur tout le monde parce qu’on est 18 et qu’il faut chercher la personnalité de quelqu’un. Je trouvais que le plus important était de leur expliquer, de leur dire que ça ne m’a pas plu, de mettre les points sur les « i » au début de l’aventure pour pouvoir avancer beaucoup plus vite avec les personnes au sein du jeu.