Crise Malienne : un coup dur pour l’économie

L’économie malienne va de mal en pis depuis le coup d’Etat du 22 mars dernier. Et ce sont les régies financières notamment la douane qui subit de plein fouet les conséquences de cette crise politico-militaire. Elle a perdu dix milliards de F CFA en un mois.

La crise politico-militaire pèse sur le climat des affaires au Mali. Les pertes économiques occasionnées par le putsch du 22 mars s’élèveraient à plusieurs milliards de F CFA. Au mois de mars 2012, la douane n’a pu recouvrer que dix-sept milliards de F CFA sur une prévision mensuelle d’environ vingt-sept milliards de F CFA. La fermeture des frontières terrestres et aériennes dans la première semaine qui a suivi le coup d’Etat est à l’origine de ce manque à gagner financier de dix milliards de F CFA.

Selon le directeur général des douanes, le colonel Modibo Maïga, les compagnies d’assurances refusent de couvrir les opérations de transferts financiers des opérateurs économiques maliens, en raison du climat d’insécurité. L’administration douanière a dû entreprendre, en toute urgence, la remise en état de son réseau informatique dont les serveurs et les câbles de liaison avaient tous été volés ou détruits, lors des nombreux pillages constatés dans les différents services des douanes, au lendemain du coup d’Etat du 22 mars dernier. Cela pour mieux sécuriser les recettes douanières

Coup dur pour le BTP

Le secteur du BTP a aussi du plomb dans l’aile. En témoigne l’arrêt des chantiers de modernisation de l’aéroport international de Bamako Sénou. Le Millenium challenge account (MCA), un programme d’investissement spécial des Etats-Unis, a suspendu ses financements évalués à plusieurs milliards de F CFA. Les Américains conditionnent la reprise du financement du MCA à la mise en place d’un régime démocratiquement élu.

A cela s’ajoute une crise alimentaire du fait de la sécheresse prolongée dans le nord du pays. Les banques ont arrêté d’accorder des crédits aux opérateurs économiques pour financer leurs opérations d’importation de grande envergure comme les campagnes d’importation de sucre, de riz et d’autres denrées alimentaires.

Lire aussi :

 Mali : vives émotions après l’agression de Dioncounda Traoré

 Mali : Amadou Sanogo nouveau président de la transition ?

 Tombouctou : cité islamique des sciences et du commerce