Crise humanitaire au Sahel : quelles solutions ?

De nombreuses organisations humanitaires se mobilisent pour lutter contre la crise alimentaire au Sahel, qui menace actuellement seize millions de personnes. La crise s’est fortement aggravée en raison de l’éclatement du conflit malien et pousse encore davantage de nombreuses organisations comme Oxfam, Action contre la faim, l’Organisation mondiale de la santé, le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés ou l’Unicef à chercher des solutions rapides face à la famine qui ravage cette région de l’Afrique.

La crise humanitaire au Sahel menace actuellement seize millions de personnes. Oxfam, une confédération internationale d’organisations non gouvernementales (ONG) luttant contre la pauvreté et l’injustice, tente de mobiliser la communauté internationale face à ce fléau. La confédération souhaite mettre en place un plan d’aide d’urgence de 37 millions de dollars pour aider plus d’un million de personnes vulnérables, en particulier les femmes, les petits éleveurs et les foyers démunis. Mais depuis cet appel à l’aide, avec l’éclatement du conflit malien, la situation au Sahel est devenue encore plus critique.

L’instabilité politique aggrave la situation humanitaire au Mali

Plus de 2 000 personnes se sont réfugiées au Burkina Faso et en Mauritanie depuis le coup d’Etat militaire du 22 mars au Mali, explique Mélissa Fleming, porte-parole du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Le Programme alimentaire mondial (PAM) a par ailleurs été contraint de suspendre la distribution de denrées alimentaires dans plusieurs régions de l’est et du nord du Mali à cause du conflit. La situation humanitaire devient critique, un appel à l’aide a été lancé pour sensibiliser la communauté internationale.

C’est pour cela que sept organisations humanitaires composée de CARE, Catholic Relief Services, Mercy Corps, Oxfam, Plan, Save the Children et World Vision préconisent l’intervention de bailleurs de fond. Selon ces organisations, les bailleurs doivent fournir les financements pour mettre en œuvre une aide immédiate aux familles déjà dans le besoin et pour empêcher que davantage de personnes ne basculent dans la crise. D’après la directrice d’Action Contre la Faim, Sandrine Clément, il faut faire appel à l’aide des gouvernements et aux dons privés.

Le directeur exécutif de l’Unicef Anthony Lake, évoque « l’indifférence générale » face à cette crise. L’ONU, par le biais de trois de ses agences (l’OMS, le HCR et l’Unicef) tente aussi de mobiliser la communauté internationale à venir en aide aux populations du Sahel. Face à cette crise, la France s’est mobilisée.

Au mois de janvier, la France a versé une somme de 500 000 euros au CICR (le Comité international de la Croix-Rouge) pour venir en aide aux personnes déplacées et aux réfugiés maliens et a adopté un programme d’aide humanitaire de 20 millions d’euros à destination des pays sahéliens.

Lire aussi :

 Mali : la situation humanitaire devient critique