Crise entre le Maroc et l’Espagne, la France pour apaiser les tensions


Lecture 2 min.
Nasser Bourita et Jean-Yves Le Drian
Nasser Bourita et Jean-Yves Le Drian

Pour apaiser les tensions entre le Maroc et l’Espagne, la France souhaite jouer un rôle de médiation. Son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a annoncé s’être entretenu avec son homologue marocain, Nasser Bourita, « pour essayer de contribuer à ce que ce dialogue puisse reprendre ». C’était lors de sa participation à l’émission « Le Grand jury » de LCI-RTL.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déploré les images montrant l’exode de milliers de Marocains vers Ceuta, une ville autonome espagnole sur la côte Nord de l’Afrique ayant une frontière directe avec le royaume chérifien. Les récents « incidents » sont « tout à fait regrettables », expliquant qu’« il y a une relation, en ce moment, assez compliquée entre l’Espagne et le Maroc (…) Quelques éléments, quelques incidents ont amené cette tension particulière ».

Il faut dire tout simplement que l’hospitalisation, en catimini, du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, depuis le 18 avril, à Logroño, a été l’élément déclencheur de cette crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne. « Je souhaite que cela puisse se rétablir le mieux possible. Parce que jusqu’à présent, il y avait, sur la question de l’immigration, une relation plutôt positive, partagée entre le Maroc et l’Espagne », estime Jean-Yves Le Drian, qui n’a pas annoncé avoir abordé cette crise avec la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez.

Jean-Yves Le Drian, qui s’est déjà paré de son manteau de médiateur, n’a pas souhaité rallier les voix qui accusent le Maroc d’avoir ouvert les vannes de l’immigration irrégulière, soulignant que ces événements attestent de l’importance pour l’Europe de se doter d’une « vraie politique migratoire ».

« Il y a actuellement sur la table un texte qui s’appelle « le Pacte Asile et Migration » qu’il nous faut traiter globalement, et ce sera sans doute de la responsabilité de la présidence française (du conseil européen lors des six premiers mois de 2022, ndlr) d’achever les discussions qui sont en cours », a précisé Jean-Yves Le Drian, tout en espérant que sa médiation permettra aux deux parties de trouver un accord de sortie de crise, pour le bien de tous.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter