Crise en Libye : la mission de l’ONU prolongée


Lecture 2 min.
arton46501

Face à la crise en Libye, qui est toujours dotée de deux gouvernements, qui s’affrontent pour le pouvoir, le Conseil de sécurité a prolongé la mission de l’Organisation des Nations Unies en Libye (MANUL) jusqu’au 13 mars prochain.

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a été prolongée, ce jeudi 5 mars 2015, jusqu’au 13 mars, par le Conseil de sécurité de l’ONU. Le Secrétaire général de l’organisation, Ban Ki-moon, a indiqué vouloir limiter les objectifs de ce déploiement dans un contexte tendu.

Il « est nécessaire, dans les circonstances actuelles, de proroger pour une courte période le mandat de la MANUL », a déclaré l’actuel président du Conseil de sécurité, le français François Delattre.

« Souple et flexible »

Ban Ki-moon a souligné la dégradation de la situation en Libye, ces derniers mois. « Il est recommandé que l’ONU s’adapte à cette nouvelle réalité en déployant une présence souple et flexible axée sur une liste de tâches limitée », a-t-il précisé dans un rapport datant de février dernier.

« La recommandation tendant à réduire la taille de la MANUL ne signifie pas que l’ONU se désengage de la Libye. Au contraire, je considère qu’en recentrant nos priorités, nous serons en mesure d’optimiser notre influence concernant les priorités les plus urgentes, tandis que les progrès dans ces domaines ouvriront à leur tour la voie à un engagement accru à l’avenir », avait notamment ajouté Ban Ki-moon.

Prudence

La MANUL, créée en 2011, avait au départ un mandat très large, essentiellement de soutien au gouvernement libyen et de facilitateur pour la mise en place d’un dialogue politique.

La prudence est de mise dans un contexte d’anarchie en Libye. Trois forces s’affrontent dans le pays : celles du gouvernement de Tobrouk, à l’est du pays, soutenues par la communauté internationale, celles d’Aube de la Libye, qui a installé un gouvernement à Tripoli. Et certains islamistes extrémistes qui se réclament de plus en plus de l’Etat islamique, très actifs dans le sud du pays.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter